Prêt immobilier, la combinaison gagnante

choix «20 Minutes» vous propose quelques conseils pour trouver le bon équilibre entre montant et durée du prêt...

Juliette Bonneau
Selon une récente enquête OptimHome/Ifop, un quart des Français envisagent de devenir propriétaires dans les 24 mois à venir.
Selon une récente enquête OptimHome/Ifop, un quart des Français envisagent de devenir propriétaires dans les 24 mois à venir. — SIPA

C’est le moment d’acheter. Vous entendez ce refrain à longueur de journée et frôlez peut-être même l’overdose. Depuis plusieurs mois, le marché immobilier est sorti de sa torpeur et les banques ont recommencé à accorder des prêts à des conditions très avantageuses. Le taux moyen d’emprunt avoisine actuellement 1,80% sur 20 ans, un record.

Avant de vous mettre à éplucher frénétiquement les annonces immobilières, reste à déterminer le montant ainsi que la durée de votre prêt. «C’est un peu la fable de la cigale et de la fourmi», confie Olivier Colcombet, directeur général d’OptimHome. «Il y a deux écoles, ceux qui veulent continuer à dépenser malgré leurs échéances et qui optent pour un allongement de la durée du prêt et ceux qui veulent épargner et accélérèrent le remboursement.»

>>> Retrouvez l'ensemble de notre dossier pour devenir propriétaire

Au vu des taux historiquement bas, le dirigeant du réseau immobilier estime que les futurs acquéreurs ont plutôt intérêt à allonger la durée de leur emprunt, quitte à conserver leurs économies et acheter un autre bien «pour faire du locatif». «Actuellement, les taux de rémunération des comptes sont très faibles. L’argent a un meilleur rendement quand il est investi», précise Olivier Colcombet.

Tout mettre sur la table

Pour Emmanuel Masset-Denèvre de l’Institut national de la consommation (INC), ce climat d’euphorie ne doit pas faire oublier aux futurs acquéreurs la recherche du bon équilibre. «Il faut tout mettre sur le papier. Ses ressources, ses charges actuelles et ses charges à venir, qui seront nécessairement plus élevées», prévient-t-il. «La question de doit pas être “combien je peux obtenir de ma banque?” mais “combien je suis prêt à mettre?”»

L’économiste conseille également de négocier les prêts en amont. «Certains établissements proposent des échéances modulables à la hausse. Dans le cas ou vous seriez partis sur des mensualités trop basses, cela vous permet de les augmenter en cours de route», détaille-t-il. Même chose pour le remboursement anticipé: «Il faut le négocier dès le départ. Cela vous permet d’éviter des frais.»

Une fois déterminés tous ces critères, n’oubliez pas qu’un achat immobilier est aussi et surtout une affaire d’équilibre personnel. «L’objectif numéro un ne doit pas être la recherche de la rentabilité mais le projet de vie», martèle ainsi Olivier Colcombet. Pour vous éviter un déménagement précipité.