SPOT - Même s'il ne rayonne plus autant que dans les années 90, le bowl du Prado, à Marseille, reste un spot très prisé par les skateurs du monde entier. Session souvenirs avec Laurent Molinier, figure incontournable de la scène skate marseillaise, et Greg Poissonnier, fondateur de la marque cOLLAPSe...

Spot connu jusqu’en Californie bien que vieillissant, le bowl de Marseille reste mythique pour l’ensemble de la communauté skate. Une renommée qu’il tient notamment de l’organisation du célèbre Quiksilver Bowlriders dans les années 2000, mais aussi de son apparition dans le jeu vidéo « Tony Hawk Pro Skater ».

Laurent Molinier, aka Momo, a pu profiter de cette infrastructure dès son inauguration en 1991. A 39 ans, dont 23 passés sur une planche à roulettes, il est encore aujourd’hui une figure emblématique de la scène skate marseillaise. Local du skatepark de la Friche, où il a ouvert son skateshop, il se rappelle de ses premières sessions dans son jardin. « C’est le spot ou j’ai clairement le plus progressé, et l’un des premiers bowls en Europe. A l’époque, les pros du monde entier nous l’enviaient, car il était juste incroyable. Tu pouvais ne pas poser le pied par terre et garder ta vitesse en parcourant toutes ses courbes parfaites… Et tu pouvais même le faire la nuit, car il était éclairé. C’était un petit paradis. »

Un petit paradis qui lui a offert l'opportunité de faire des rencontres et partager des sessions inoubliables. « J’ai pu skater avec les pros qui venaient à Marseille pour participer au Quiksilver Bowlriders. Certains sont devenus des légendes depuis. Il y a eu notamment John Cardiel qui dormait sur la pelouse du park avec ses potes ricains, parmi lesquels Jake Phelps, le rédacteur en chef de Thrasher Magazine et Rune Glifberg, qui a squatté une semaine chez moi avec Nicky Guerrero. Rune détruisait le bowl avec une classe absolue et tous les moves modernes. Il était clairement en avance sur son temps trouvait des lignes inédites. »

« Un bout de Californie en France »

Greg Poissonnier, ancien snowboardeur professionnel et fondateur de la marque de skateboard cOLLAPSe, a lui aussi connu ce bowl au moment de son apogée. Cette époque où les skateurs vivant aux Etats-Unis, LE pays où le bowl est né, n’hésitaient pas à traverser l’Atlantique pour venir le rider. « J'ai skaté le Prado pour la toute première fois en 1993. J'étais hyper impressionné et j'avais passé la première demi-heure à observer comment les mecs ridaient dedans, quelles étaient les lignes... Ce spot représentait un bout de Californie chez nous en France, un bowl digne de ce qui se faisait là-bas. »

Dans sa tête, les souvenirs refont surface et se bousculent… « Je me rappelle les runs de Stéphane André en 1993, sa vitesse, ses lignes, son amplitude, ses transferts du gros bowl au petit en method. Il était incroyable ! C’était LE patron du spot. Il y avait aussi John Cardiel et son fameux backside 360 du hip au moyen bowl avec une planche cassée en deux, ou Alan Petersen et ses frontside ollies à hauteur de tête, et encore Alex Chalmers et son transfert de la raquette au hip... Beaucoup trop de faits marquants pour tous les citer! »

« Dommage qu’il n’ait pas été remis au goût du jour »

Malgré ça, le bowl a récemment perdu de son rayonnement, notamment depuis l’inauguration à Marseille du Palais de la Glisse, un skatepark indoor de 3500m2 aux modules flambants neufs. « Malheureusement la ville le laisse quelque peu à l'abandon, regrette Laurent Molinier. Même s'il restera un spot légendaire, aujourd’hui il n'est plus à la hauteur des autres bowls en Europe. Je trouve dommage qu’il n'ait pas été remis au goût du jour, avec plus de verticale et des plus grosses courbes, tout en gardant son emplacement unique et son originalité. » L'appel est lancé...

LAUREN HORKY