BREAKDANCE - Le b.boy français Tonio a arraché la victoire aux qualifications européennes du Red Bull BC One, l’équivalent du championnat du monde solo, samedi 11 octobre à Helsinki. Un battle de danse unique en son genre.

Sous le soleil nordique, une foule se presse devant l’historique Vanha Ylioppilastalo, belle bâtisse du XIXème siècle de la capitale finlandaise. Impossible de se procurer une place aujourd’hui, l’événement affiche complet depuis déjà plus d’une semaine.

Et pour cause, l’enjeu est de taille. Au cœur de ces arcades et balcons dorés va se jouer l’une des étapes majeures de la «course à la ceinture», celle du meilleur break dancer du monde lors du Red Bull BC One. Ce soir, ce sont parmi les seize meilleurs b.boys européens, comme les appellent les spécialistes, qui vont s’affronter dans un battle enflammé devant un jury d’experts internationaux et au son des platines du DJ russe Smirnoff.

Trois Français en compétition

En lice, douze nations de la Norvège à l’Italie dont trois représentants Français. L’Isérois Noé, 19 ans, s'est qualifié lors des étapes régionale puis nationale, le Parisien Dany de 26 ans est le vice champion de France et l’Essonnien Tonio qui s’était distingué à 27 ans par son style lors de l’épreuve nationale. Alors que le public est en ébullition, les danseurs foulent la scène parfaitement circulaire du BC One. Un duel Espagne Portugal ouvre le bal. Puis, les battles s’enchaînent dans un rythme effréné des 1/8 de finale à la finale. La danse et la musicalité prennent vite le pas sur la performance et la virtuosité, si souvent associées, à tort, à l’essence de cette danse. L’original Noé s’incline face au suisse Arthur. L’expérimenté Dany élimine le belge Lawson.

Le musical Tonio fait valser un, puis deux Hollandais grâce à son style fluide, circulaire et très ancré dans la musique. «J’ai eu à faire à des adversaires coriaces, confie-il, des danseurs envers qui j’ai beaucoup de respect! Il fallait que je prouve que j’avais ma place parmi les meilleurs.» Sa foi en la musique a payé. Il a balayé d’un revers de basket, l’impact des grandes phases impressionnantes qui font hurler le public pour laisser place au pur feeling de ses mouvements et à la fluidité de sa danse. Dany ne passe pas le barrage hollandais de l’aérien Skychief, alors que Tonio sort l’un des favoris de la compétition le portugais Lagaet. La finale France/Hollande, mettra donc face à Tonio, celui qui vient d’éliminer son compatriote Skychief.

Une finale rêvée

Un duel de styles s’engage, Tonio prend le dessus grâce à son écoute irréprochable des break beats du DJ. «Le Red Bull BC One est le battle que tous les b.boys rêvent de faire! souligne Tonio. Je me suis dit: c’est le moment de dire qui tu es et de partager mes émotions avec mon adversaire et le public!» Et c’est à l’unanimité qu’il emporte le titre de Champion d’Europe!

Il se qualifie donc pour la «world final» qui se jouera, après Johannesburg, Rio et Séoul cette année, à Paris La Villette le 29 novembre prochain. Tonio rejoindra les deux autres français qualifiés d’office Lilou, double champion du monde 2005 et 2009 et Mounir champion du monde 2012 et vice-champion 2013. Mais, le sud coréen Hong 10, tenant du titre, a bien l’intention d’être de la partie aussi! Rendez-vous donc à Paris pour une world final où la France a tout à gagner!

Shéyen Gamboa

Finale mondiale le 29 novembre à 20h au parc de La Villette à Paris.