Skateurs, à vous les petites Anglaises

Thomas Busuttil

— 

Le skatepark BaySixty6 est l'un des spots incontournables de Londres.
Le skatepark BaySixty6 est l'un des spots incontournables de Londres. — NIKE

TOUR D'EUROPE - Accessible en peu de temps depuis Paris, la capitale anglaise est un petit paradis pour rider underground et branché. Suivez notre guide pour rouler so british' le temps d'un weekend...

>>> Découvrez aussi nos bons plans skate à VeniseBarceloneAmsterdam et Berlin

Londres est une ville parfaite pour changer d'air le temps d'un week-end, facilement et rapidement accessible depuis les grandes villes françaises, et qui offre une multitude de spots à skater, même l'hiver venu...

Les spots de street

Côté street, la capitale anglaise offre son lot de bons spots. Mais attendez-vous à devoir vous adapter un peu à eux. Exit les lieux parfaits, en marbre ou couverts. Bienvenue au royaume de la briquette où les spots en dalles ont les jointures bardées de cracks ! Les possibilités de ride sont intéressantes, notamment du coté d’Old Street où vous trouverez le fameux enchaînement de bancs.

Autre lieu incontournable de la culture skate : South Bank. Situé au pied du centre d’affaires South Bank Centre, c’est le spot couvert qui accueille chaque grosse démonstration lors des passages de pros. En 2006, l’architecte Rich Holland y a installé des curbs en béton (Low to High) après les avoir présentés lors de l’exposition Beautiful Losers à Lille. Lorsque la mairie a annoncé que le centre d’affaires allait être réaménagé, les skateurs se sont fortement mobilisés pour que le spot ne disparaisse pas. Plusieurs projets sont à l’étude. Il est prévu de le réhabiliter en y construisant une place intégrant du mobilier urbain skatable.

Les skateparks

On peut compter une quarantaine de parks à travers le grand Londres, il va donc vous falloir aller à l’essentiel. Commencez par l’East London. Rendez-vous au skatepark de Mile End, tout en béton et très complet (bowl, curbs, pyramides...). Il est situé en face du fameux Parlour Skateshop. C'est le magasin qui monte et fait de la concurrence à l’autre shop historique de la ville : Slam City. Chez Parlour, l'ambiance est cosy. Et la déco début du siècle, agrémentée de grands canapés en cuir, donne envie de s’y poser une petite heure pour lire un magazine. À moins que vous ne préfériez skater la mini rampe couverte attenante, installée sous les arcades pour les jours de pluie.

Pour les amateurs de craddle, c'est au bowl de Victoria Park, qu'il faut vous rendre. C'est le spot londonien le plus complet. Ce qui n'empêche pas au bien connu BaySixty6, aussi appelé Playstation Skatepark, de se défendre dans sa catégorie. Récemment entièrement refait par Nike, c’est l'endroit officiel des démos. Parfait pour faire de la mini, du rail ou de la pyramide, c’est le skatepark le plus académique, qui change pas mal des spots que l’on va trouver au coin de la rue.

Le skatepark couvert de London Bridge vaut aussi le détour. Situé sous un pont et tout en longueur, le park offre des possibilités nouvelles... Il a la particularité de proposer des courbes sur les cotés, amenant directement à faire des wall ride sur les murs du pont. Pas très fun à rouler, on vous conseille d'y aller en forme et de faire attention à ses horaires un peu particulier.

Bons plans

Si vous avez envie de danser, filez au Birthdays. Un bar à concerts du quartier de Dalston où les têtes d'affiches s'enchaînent. C’est ici que vous y trouverez skateurs et party boys de Londres après minuit.

Le dimanche, baladez-vous dans le quartier de Bricklane, digne représentant du street art et du graffiti londonien. Vous y trouverez le célèbre disquaire de vinyles Rough Trade Records, et pourrez faire passer votre "hangover" de la veille en vous restaurant de plats du monde à petits prix sur le marché local.

En vous renseignant sur place, il n’est pas impossible que vous arriviez à trouver l’adresse de House parties. Des soirées underground semi-légales, mais encouragées par le nombre d’immenses locaux vides de type loft, réinvestis provisoirement pour l’occasion.

À ne pas louper

Allez faire un tour à la Stolen Galerie. L'espace vient d’accueillir l’exposition du Japonais Haroshi, et représente quelques artistes ayant pas mal travaillé avec la scène skate comme Evan Hecox (Chocolate), Shepard Fairey ou Jim Houser (Beautiful Losers). Essayez également de vous procurer le fanzine Grey, (équivalent anglais du mag parisien À Propos et du Berlinois Anzeige Berlin). Un gratuit disponible dans tous les skateshops qui traite de la scène londonienne.

Où dormir et manger ?

Ici tout est cher. Si vous n’avez pas trouvé un canapé amical de type couch surfing, tournez-vous vers les auberges de jeunesse. Celles situées en marge du centre-ville sont un peu moins onéreuses.

S’y rendre

Les moyens les plus économiques pour s’y rendre restent l’achat à l’avance de billets de trains, mais si vous êtes plutôt du genre dernière minute : essayez les sites de rachat de billet de train et profitez d’un tarif avantageux. Le bus est la seule autre option peu chère de dernière minute.

Avant de partir planche sous le bras, on vous conseille de jeter un œil à Rolling through decades, qui retrace l’histoire de South Bank, et visionner Save Southbank Project, avec ses projections pour la réhabilitation du spot. La vidéo du shop historique de Londres, City of rats, est aussi intéressante. Tout comme la part de Tom Knox, élu « skater of the year » européen par le magazine Kingpin cette année.

THOMAS BUSUTTIL