Courir en ville est-il mauvais pour la santé?

Morgann Jezequel

— 

Pour courir en ville, mieux vaut éviter les heures de pointe et choisir un équipement adapté.
Pour courir en ville, mieux vaut éviter les heures de pointe et choisir un équipement adapté. — Kimdokhac/Flickr

PRATIQUE - Les beaux jours font leur retour et vous pensez sérieusement à vous mettre à la course à pied? Le fait d'habiter en ville ne doit pas vous empêcher de vous lancer! Mais il y a quelques recommandations à suivre.

La course à pied fait toujours plus d'adeptes parmi les Français. Selon une récente étude commandée par la Fédération française d'athlétisme à l'agence Sportlab Group, 9,5 millions de personnes, soit 20% de la population, déclarent l'avoir pratiquée en 2014, même occasionnellement.

Une grande partie d'entre eux court en ville. Et contrairement à certaines idées reçues, cette pratique n'est pas fondamentalement mauvaise pour la santé. «Il y a plus de pollution, mais ça ne représente pas une contre-indication à la course», précise Charles Aisenberg, médecin du sport du pôle athlétisme de l'Insep. «La course à pied est d'ailleurs le sport le plus pratiqué en ville.»

Le principal point noir dans la course urbaine réside surtout dans les obstacles, bien plus nombreux qu'à la campagne. Voitures, vélos, feux rouges, l'athlète doit rester attentif pour garder un rythme fluide et régulier mais aussi pour éviter de se faire percuter. «J'ai déjà vu plusieurs coureurs avec leurs écouteurs sur les oreilles, dans leur bulle, traverser la route sans regarder et manquer de se faire renverser», souligne Thomas Didier, cofondateur de la plateforme de running Jogg.in.

Privilégier la course à pied tôt le matin

Il faut donc choisir avec soin son chemin, si possible dans des rues piétonnes ou avec le moins d'artères possibles à traverser. L'heure à laquelle l'athlète sort de chez lui pour courir est aussi très importante. «Mieux vaut privilégier la course très tôt le matin, avant 8 heures, pour éviter l'heure de pointe», conseille Charles Aisenberg.

Pour le médecin, courir très tard, juste avant de se coucher, n'est pas une bonne chose. Faire du sport libère en effet de l'endorphine dans le corps, une hormone qui risque de vous maintenir éveillé.

Par ailleurs, la course à pied entre collègues de travail, notamment à l'heure du déjeuner, est de plus en plus fréquente. Il est alors conseillé de courir avant le déjeuner, quitte à prendre une petite collation en attendant.

Adapter son équipement

En ville encore plus qu'à la campagne, le choix des chaussures est primordial pour profiter d'une course agréable et ne pas se blesser aux articulations ou aux tendons. «Dans les zones urbaines, le sol est plus dur que le gazon ou la terre, il faut donc privilégier un amorti plus fort», souligne Charles Aisenberg.

Désormais, les grandes enseignes de sport peuvent orienter les coureurs vers les chaussures qui correspondent le plus à leur niveau et à leur kilométrage. «Pour retirer un véritable bénéfice médical de la course, il est conseillé de courir au minimum 30 minutes, trois fois par semaine», rappelle le médecin.

En ville, le runner peut privilégier la course en groupe. «Ça peut être utile pour des raisons de sécurité mais aussi en cas de blessure, car on sait qu'un autre coureur sera là pour nous aider», souligne Thomas Didier. La course collective aide aussi à garder le cap. «Ça rend la pratique du running plus motivante car il y a une idée de challenge, un effet de groupe.»