Même en tenue de soirée, Leticia Bufoni ne quitte jamais sa planche de skate.
Même en tenue de soirée, Leticia Bufoni ne quitte jamais sa planche de skate. — Richard Shotwell/AP/SIPA

Magazine

Leticia Bufoni, la skateuse brésilienne qui affole les magazines

PORTRAIT – A 21 ans, la jolie blonde brésilienne fait figure d'icône du skateboard. Et elle en impose autant dans les skateparks que sur papier glacé...

Sa page Facebook a dépassé les 320.000 fans et ce chiffre ne cesse d'augmenter depuis qu'elle a posé presque nue en couverture de Men's Health au Brésil, en février dernier. Mondialement connue pour ses talents de skateuse, Leticia Bufoni l'est donc aussi désormais pour sa plastique de mannequin. «J'ai été très honorée qu'on me propose ce shooting. Je me suis vraiment beaucoup amusée et, à l'arrivée, je suis pleinement satisfaite de ce qu'il en ressort. Pour autant je n'attendais rien de particulier de cette expérience, si ce n'est prendre un maximum de plaisir», confie la Brésilienne.

Du plaisir, elle en a surtout donné aux lecteurs du magazine masculin qui l'a propulsée sous les feux des projecteurs. «Elle est simplement magnifique et toujours souriante, confirme le skateur pro franco-portugais Christophe Sampaio. Et avec cette série de photos, elle contribue à redorer le blason de la skateuse rebelle. Elle prouve qu'il est possible de pratiquer un sport réputé de mecs tout en restant féminine et élégante.» Voire sexy ajouterait une majorité des skateurs avec lesquels elle partage ses sessions.

Une réputation qui la précède

Même s'il ne cache pas être sous le charme de la Brésilienne, Christophe Sampaio n'en oublie pas ses qualités en tant que skateuse. «Sa réputation la précède... Leticia est un phénomène à elle seule, notamment en France où elle vient tous les ans pour participer au Far'N High de Villiers-sur-Orge (une épreuve de la Coupe du monde de street). Son niveau est largement au-dessus de la plupart des autres filles et elle fait clairement figure de référence. Elle ne se contente pas d'être très jolie, car elle est avant tout une machine à gagner les contests», ajoute le skateur parisien.

Couronnée quatre fois championne du monde et médaillée d'or à trois reprises en street aux X-Games, son palmarès parle pour elle. A 21 ans à peine, Leticia Bufoni a su gagner le respect de ses pairs masculins et l'admiration des skateuses du monde entier. Et tout cela ne tient pas à ses prouesses sur papier glacé. «En affichant un niveau comme le sien, très proche de celui des gars, elle exerce une réelle influence sur le skate féminin. Les filles réalisent qu'elles peuvent mettre la barre vraiment haut. Elle est un peu comme Elissa Steamer avant elle... En plus, elle communique beaucoup sur les réseaux sociaux. Cela contribue à pousser et motiver chaque jour les autres skateuses», estime Claire Barbier-Essertel, l'une des pionnières du skateboard français.

Un gros impact sur le skate féminin

Si presque toutes les adeptes citent la Brésilienne en exemple, certaines ne souhaitent pas s'en inspirer pour autant. Laurine Lemieux, fraîche révélation du skateboard français, fait partie de celles-ci. Du haut de ses 16 ans, la Havraise affiche un caractère déjà bien trempé et beaucoup d'ambition : «Comparé à la moyenne, son niveau de skate est juste énorme. Mais en fait je le trouve assez conforme au nombre d'années de pratique. Cela n'empêche pas qu'elle a clairement un gros impact sur le skate féminin et c'est un peu la référence pour toutes les fille de mon âge. Pour autant je ne m'inspire pas de ce qu'elle fait, je préfère essayer de proposer mon propre style.»

Il n'empêche, Leticia Bufoni n'en reste pas moins une icône pour toute une génération. Un rôle dont elle a pleinement conscience, même si elle ne s'en préoccupe pas. «Je suis juste super fière de pouvoir représenter mon pays, aussi bien en tant que skateuse qu'en tant que femme. Mais ce que je souhaite surtout, c'est encourager les jeunes filles qui skatent à ne rien lâcher. Avec la jeune garde qui pousse derrière, on n'a pas fini d'entendre parler du Brésil», annonce la rideuse.

Lauren Horky