Hercule Poirot, un personnage complexe au service de la justice

Portrait On a mené l'enquête sur le détective le plus célèbre au monde et on vous livre cinq anecdotes tirées de livres et de films…

Louise Gully
— 
Hercule Poirot est particulièrement maniaque. Il va même jusqu’à demander, pour son petit-déjeuner, des œufs exactement de la même taille.
Hercule Poirot est particulièrement maniaque. Il va même jusqu’à demander, pour son petit-déjeuner, des œufs exactement de la même taille. — © 2017 Twentieth Century Fox FIlm Corp. All Rights Reserved.

Le Crime de l’Orient-Express, film tiré du livre d’Agatha Christie, sortira en salle le 13 décembre. L’occasion de revenir sur le personnage mythique et fascinant imaginé par la reine du crime: Hercule Poirot. Derrière sa grosse moustache, le détective s’avère être un homme «maniaque, âgé, brillant, attentif, dandy, minutieux, plein de bonté et férocement attaché à la notion de justice», énumère André-François Ruaud, coauteur d’Hercule Poirot, une vie. Bref, il y a de quoi dire sur ce moustachu belge, héros de pas moins de 33 romans et 51 nouvelles.

 Madre mía, el barbero de Hercules Poirot. pic.twitter.com/OItBxUdGiS
— Eva Orúe (@EvaOrue) 13 novembre 2017




Un as de l’enquête, imbu de lui-même

Tout droit venu de Belgique, c’est en 1920, dans La Mystérieuse affaire de Styles, qu’Hercule Poirot résout sa première enquête. «L’idée de ce personnage est venue à l’auteure, lorsqu’elle a vu les réfugiés belges arriver en Angleterre pendant la Première Guerre mondiale», explique François Rivière, auteur d’Agatha Christie, duchesse de la mort. Déjà, le détective s’y révèle «un peu pompeux, caricatural, mais extrêmement perspicace», ajoute le romancier. Dans ses affaires, Hercule Poirot affectionne l’ordre et la méthode et se considère même «comme le plus grand détective du monde. "Je suis l’unique, le meilleur, le plus grand détective qui n’ait jamais existé" et se plait à dire qu’il n’a jamais tort. Très souvent vaniteux, il adore en plus la flatterie», ajoute Dominique Lerario, administrateur de la page Facebook consacrée à Hercule Poirot et admirateur du personnage.

Un caractère bien trempé

Hercule Poirot est maniaque et sarcastique. Jose Camoes Silva/Flickr


Pour le fan du détective, en plus d’être sûr de lui, «Poirot est particulièrement maniaque. Je crois qu’un grain de poussière l’aurait davantage fait souffrir qu’une blessure par balle!». Dans L’Iris jaune, nouvelle adaptée en téléfilm en 1993, le détective révèle aussi son penchant sarcastique: «Les Anglais ne font pas la cuisine, ils ne font que se nourrir! Ils ont de la viande trop cuite, des légumes trop mous, des fromages immangeables. Et le jour où ils feront leur propre vin, je retourne chez moi.» François Rivière, le spécialiste d’Agatha Christie, a bien constaté ce mépris pour la vie à l’anglaise: «Hercule Poirot passe son temps à dire du mal des Britanniques avec qui il n’a aucune affinité. Il est là pour débusquer des assassins et n’a donc, pour lui, aucune raison d’être sympathique.»

Le goût des belles choses

Poirot est un esthète. A l’image du générique de la série britannique qui lui est consacrée, il apprécie tout particulièrement l’Art décoratif. Dans les romans, «lui-même habite dans une magnifique maison Art déco», illustre François Rivière, pour qui «Agatha Christie fait passer ses goûts à travers son personnage. L’auteure a vécu dans une belle résidence moderne à Londres durant la Seconde Guerre mondiale». Quant à Hercule Poirot, ce qu’il aime dans ce mouvement artistique, «ce sont la symétrie et les angles», remarque à son tour André-François Ruaud. Un nouvel exemple de sa maniaquerie. Toujours obsédé par l’ordre et la symétrie, le coquet détective préfère la ville à la campagne. «Pour lui, la campagne doit être uniquement réservée "aux petites bêtes à fourrure"», cite Dominique Lerario.

Un homme fasciné par les femmes

Mondain, l’homme n’est pas spécialement attiré par la beauté physique des femmes, mais plutôt par leur psychologie, qui l’intrigue. «Il débusque des femmes criminelles», rappelle François Rivière. Dans Le Crime de l’Orient-Express, traduit dans une trentaine de langues, Hercule Poirot s’exprime ainsi: «Certes, la princesse était laide, mais tout comme le crapaud, elle possédait deux yeux magnifiques. Sombres et brillants comme deux diamants noirs, ces yeux reflétaient une énergie latente et une intelligence supérieure.»

 Hercule Poirot fait parti de mes bias. J'aime son côté maniaque, prétentieux et maniéré mais qui dans le fond est brisé et tendre. — WELCOME TO DERPLAND (@superKPOPfrog) 28 mai 2014 



Le détective célibataire admire le mystère et l’intelligence de certaines femmes, mais «semble se méfier de ses propres sentiments, qu'il ne dévoile pas», constate André-François Ruaud. Tout au long des livres et des films, on ne connaîtra finalement que très peu la vie privée d’Hercule Poirot qui regarde les femmes «comme il assisterait à un spectacle», selon François Rivière.

Mais terriblement seul

Pour l’auteur, Hercule Poirot en dit long sur sa créatrice: «Agatha Christie, contrairement à ce qu’on pouvait croire, a été très malheureuse car son mari la trompait. A travers son personnage, elle essaie de dire qu’il faut se méfier du mariage.» Le détective souffrira toute sa vie de la solitude et c’est aussi ce qui causera sa perte. Dans Hercule Poirot quitte la scène, le vieil homme se laisse mourir en choisissant de ne pas prendre ses médicaments. «L’auteure aimait dire qu’elle en avait marre de son personnage. Elle va le tuer dans un roman, ce qui est rare dans le genre policier de l’époque», commente François Rivière.


À sa mort, Hercule Poirot bénéficiait d’une grande notoriété qui lui aura valu d’être «le seul personnage fictif ayant eu sa nécrologie dans le "New York Times"», remarque Dominique Lerario. En effet, le 6 août 1975, le prestigieux quotidien publia un article qui commençait ainsi: «Hercule Poirot, détective belge ayant acquis une renommée internationale, est mort en Angleterre. Son âge était inconnu.» Si le personnage a marqué la littérature du XXe siècle par sa capacité hors norme à débusquer les meurtriers, c’est également son sale caractère et ce qu’il a révélé d’Agatha Christie qui explique son succès planétaire.

>>>Retrouvez notre dossier consacré à L'Orient-Express, en partenariat avec le film, «Le crime de L'Orient-Express», en salle le 13 décembre