CAMEROUN - Le projet de vergers écologiques a été retenu pour le Challenge Climat, concours sur l’innovation face au dérèglement climatique organisé par l’Agence française de développement (AFD) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

Après l’incendie d’un verger à Tayap, leur village camerounais, des jeunes diplômés au chômage décident en 2009 «de cultiver des champs et de valoriser le patrimoine écologique pour vivre du travail agricole», explique Adeline Flore Ngo Samnick, porteuse du projet au concours Challenge Climat.

Elle ajoute: «L’agriculture est souvent aussi une cause de la destruction de l’environnement avec notamment la pratique de l’agriculture itinérante sur brûlis.» Trois volets d’actions principaux ont ainsi été développés: l’agroforesterie, l’écotourisme et la microfinance solidaire.

Un modèle transposable en Afrique centrale

Des arbres fruitiers et cultures vivrières exploités en agriculture biologique ont été plantés sur 60 hectares. En parallèle, des chambres d’hôtes ont été mises en place et des éco gîtes sont en construction, «donnant une valeur économique au patrimoine culturel et naturel du village», ajoute Adeline Flore.

Enfin, une caisse communautaire d’épargne et de crédit, pour financer et accompagner des initiatives entrepreneuriales portées par des femmes, permet désormais à l’ensemble de la population de s’impliquer. Un modèle transposable dans «plusieurs milliers de villages d’Afrique centrale», s’enthousiasme désormais la coopérative, forte de son succès à Tayap.

>>> Retrouvez l'ensemble de notre dossier sur les enjeux climatiques