Votre facture dépasse les 700 euros et votre logement fait moins de 100 mètres carrés ? Il y a de fortes chances que votre habitation ne respecte pas les normes de la RT 2012. Depuis le 1er janvier 2013, la réglementation thermique 2012 (RT 2012) fixe le maximum d’énergie consommée par un bâtiment à 50 kWhep (kilowattheures d’énergie primaire) par mètre carré et par an. Auparavant la RT 2005 autorisait trois fois plus: 150 kWhep.

« Pour les bâtiments collectifs, la limite est relevée à 57,5 kilowattheures », précise Marim Joignant, ingénieur thermicien de l’association Promotelec. A titre de comparaison, la consommation annuelle d’un foyer en 2015 correspond à environ 4673 kilowattheures*. Pour une maison de 100 mètres carrés, la consommation donc est juste en dessous de la limite, à 46,73 kilowattheures par mètre carré par an. Une maison de 90 mètres carrés n’est déjà plus dans les normes.

Qui est concerné?

La RT 2012 est obligatoire pour obtenir tout permis de construire de bâtiments neufs et extensions de bâtiment existant de plus de 20 mètres carré. Quelques exceptions sont toutefois opérées pour les bâtiments à usage agricole, artisanal ou industriel, les lieux de culte, outre-mer, etc. Le respect des normes étant à la charge du constructeur, «un particulier aura peu à s’en préoccuper», précise J-M Guérin, directeur général de Pap.fr.

Attention également aux extensions de la maison qui y sont soumises. « Au-delà de 100 mètres carrés d’extensions, la RT 2012 s’applique comme au reste de l’habitation », prévient Marim Joignant. « Même si vous construisez plusieurs extensions de moins de 100 mètres carrés chacune pour essayer d’échapper à la réglementation, c’est la somme totale de toues les surfaces qui sera prise en compte. »

Comment s’applique-t-elle?

La conception bioclimatique recherche l’efficacité énergétique du bâtiment dès sa création grâce à l’utilisation d’éléments du bâti moins gourmands, voire créateurs d’énergie. Pour une maison, il faudra avoir recours à au moins une énergie renouvelable. Le bâtiment ne doit pas dépasser une certaine consommation au cours de l’année. «La moyenne dépend du type de bâtiment, de la région et de l’altitude», détaille J-M Guérin.

« Voilà qui explique pourquoi les habitations du Nord de la France consomment plus que dans le Sud », explique Marim Joignant. Enfin, le «confort d’été» exige que la température intérieure ne dépasse jamais 26 degrés afin d’éviter le recours aux systèmes de refroidissement.

Quels gains?

«Une maison de 100 mètres carré permet une économie moyenne de 1000€ par an. Si cela augmente le coût de construction de 10 à 15%, la revente sera aussi plus facile», résume J-M Guérin. «Si vous payez quatre fois plus de chauffage que prévu, il s’agit d’un «désordre» et c’est à l’assurance de régler les travaux», détaille maître Ganaëlle Soussens, avocate spécialiste du droit immobilier. Pour rendre une maison construite avant 2008 conforme, il faudra compter entre 15 et 30 000€ de travaux.

A venir

Complexe, la RT 2012 fait débat. Les futurs acquéreurs prévoyants peuvent déjà se pencher sur la RT 2020 (BEPOS) qui arrivera d’ici six ans. « Une chose est sûre, la RT2020 aura un niveau d’exigence encore plus élevé que la RT 2012. Mais nous n’en connaissons pas encore la réglementation exacte », précise Marim Joignant. L’objectif : mettre en place des bâtiments à «énergie positive», sensés produire plus d’énergie qu’ils n’en consommeront.

*150,2 terrawattheures consommés en moyenne par les sites résidentiels selon Réseau de transport d’électricité (RTE) divisés par les 31,537 millions de sites résidentiels dénombrés par la Commission de la Régulation de l’Energie (CRE).