Les coûts de construction d’une maison, du dessin au parpaing

TRAVAUX Le terrain, les matériaux, les artisans... Les étapes sont multiples pour bâtir son chez-soi…

Laura Belleyme

— 

Jean-françois Espagno est architecte: «La facture, c'est la somme de tous les devis des professionnels.»
Jean-françois Espagno est architecte: «La facture, c'est la somme de tous les devis des professionnels.» — GILE MICHEL/SIPA

En brique, en paille ou en bois, la construction d’une maison est bien plus compliquée que dans la fable des trois petits cochons. Chaque maison qui sort de terre passe par de nombreuses étapes et un investissement important.

Première étape: le terrain. En France, toute parcelle constructible est régie par le plan d’occupation des sols (POS). «C’est un ensemble de règles administratives qui disent ce que l’on a le droit de faire sur un terrain donné», explique Thierry Brun, créateur de l’agence Montlosier Immobilier à  Aigueperse en Auvergne. «Elles fixent le prix.»

Et l’emplacement y est pour beaucoup. Vous préférez vivre à proximité de votre travail en ville? Vous paierez plus cher que l’acheteur qui préfère la pleine campagne. C’est l’attractivité du terrain qui est calculée, fonction du bassin d’emploi ou de la qualité environnementale.

Plus vous êtes près d’un centre d’activité, plus les prix grimpent. «Autour de Clermont-Ferrand, un terrain agricole coûte un euro le mètre carré. Plus on se rapproche de la ville, plus le prix augmente et varie de 15-20€ le mètre carré à 80€.»

La main d’œuvre, c’est l’essentiel du coût d’une maison

Une fois que le terrain est choisi et acquis, vient le moment de la construction en quatre étapes décisives: les fondations, le gros-œuvre, le second-œuvre et les finitions. Au départ, les fondations relient la maison au sol. C’est l’étape la plus longue de la construction.

Puis la maison sort de terre. C’est le gros-œuvre, avec la construction des murs porteurs, de la charpente et la couverture. Des travaux coûteux qui représentent un peu moins de la moitié du prix total, environ 65.000€ pour une maison de prix moyen. Quand l’édifice est enfin monté, il reste encore à agencer l’intérieur: isolation, électricité, cloisonnement… On dit qu’il est mis «hors d’air», et les deux tiers de la facture sont atteints. Enfin, il est temps de passer aux finitions. Parquet ou lino? Bleu roi ou bleu glacier? Escalier droit ou colimaçon?

En tout, une bonne quinzaine de corps de métiers sont à l’œuvre pour faire sortir votre palais de terre. D’ailleurs, c’est ce qui fait gonfler la facture. «La main d’œuvre, c’est l’essentiel du prix d’une maison, presque les trois-quarts», calcule Jean-François Espagno, architecte et président des architectes d’aujourd’hui.

Soit la somme de tous les devis des professionnels. «Il faut toujours faire jouer la concurrence entre les artisans car il n’y a pas de prix fixe. Ça peut aller du simple au double», prévient-il. «Pour économiser, on peut aussi faire certains travaux soi-même. Mais attention, ce que l’on ne sait pas faire, il faut le laisser à des professionnels», avertit l’architecte. Une précaution qui évite de finir avec une maison de conte de fées, soufflée par un loup.