Comment reconnaître un bon terrain?

CONSEILS Pour acquérir un terrain constructible, il est important de prendre en compte plusieurs facteurs avant de réaliser la maison de vos rêves...

Christine Ludwig avec Lou Ducreux

— 

La bonne affaire financière n'est pas toujours gage d'un bon terrain.
La bonne affaire financière n'est pas toujours gage d'un bon terrain. — D. CLOSON/IDEFIX/SIPA

«Choisis un bon terrain pour ta demeure», disait le sage chinois Lao Tseu. Et lorsque l’on veut faire construire sa maison, tout commence effectivement par le terrain. Prix, emplacement, accessibilité, exposition, viabilité, qualité du sol: pour ériger votre bâtisse dans les meilleures conditions, il vous faudra d’abord reconnaître un bon terrain.

S'assurer de sa constructibilité

Lorsque vous achetez une parcelle, il est important de vérifier que celle-ci puisse accueillir votre projet. Pour cela, procurez-vous le certificat d'urbanisme auprès de votre mairie. «Il permet de connaître les règles de construction et de savoir si le projet est conforme aux dispositions de la commune», explique Alain Laffarge, directeur de la revue Terrains et Maisons. Le plan de prévention des risques naturels, un texte législatif disponible sur internet, vous renseignera quant à lui sur les menaces éventuelles qui pèsent sur votre terrain.

Bien étudier la nature du sol

Stéphanie Desferret, de ParuVendu, est claire: «Il ne faut pas prendre une décision trop rapide». Ainsi, il est préférable de faire réaliser une étude géotechnique par un expert. Celle-ci vous informera sur le type de sol, sa résistance et l’éventuelle présence de nappes phréatiques. Un sol rocheux ou composé de sable et de graviers est gage de viabilité. En revanche, il faut se méfier des sols argileux ou constitués de remblai.

«Le moindre défaut de terrain fera monter la facture. Sur un sol avec beaucoup de cailloux, faire le moindre trou coûtera très cher. Si le sol n’est pas solide, il faut prévoir de faire tenir la maison avec des pieux. Et si le terrain est en pente, le batiment nécessitera des fondations spéciales», prévient Thierry Brun.

Ne pas se tromper sur son orientation

Alain Laffarge explique qu’il s’agit de «récupérer un maximum d’apport solaire l’hiver et donc, dans la mesure du possible, orienter la façade principale au sud». Une bonne orientation réduira considérablement votre facture de chauffage. Autre contrainte: l’exposition aux vents dominants, qui peuvent apporter bruits et odeurs.

Choisir un emplacement adapté

Un bon terrain doit aussi répondre à vos attentes personnelles. Commerces, écoles, transports… les données sont multiples. «Il faut garder en tête qu’un terrain proche des commodités coûtera plus cher. Tout dépend aussi de sa proximité avec les grandes villes. Cela joue aussi sur le prix», nuance Thierry Brun. Quant à choisir un terrain isolé ou un autre situé en lotissement, pour Alain Laffarge, «ce sont deux styles de vie bien différents.»

>>> Retrouvez la suite de notre dossier «Construire sa maison»