Tous climato actifs!

Les aides et solutions antifuites pour transformer sa passoire thermique

LOGEMENT L’Etat a mis en place plusieurs dispositifs pour inciter les propriétaires à mettre leur logement aux normes. Les locataires sont également concernés, dans une moindre mesure

B. de. S.
— 
Mettre à niveau l'isolation de son logement, une dépense qui permet de gagner en confort, de réduire sa facture de chauffage mais aussi son empreinte carbone.
Mettre à niveau l'isolation de son logement, une dépense qui permet de gagner en confort, de réduire sa facture de chauffage mais aussi son empreinte carbone. — Lacheev / Getty Images
  • D'après le Médiateur national de l'énergie, au moins 12 millions de Français vivent dans des passoires thermiques, des logements mal ou insuffisamment isolés
  • Pour mettre son appartement ou sa maison aux normes, une phase de travaux est nécessaire, à commencer souvent par l'isolation
  • Plusieurs aides permettent de réduire la facture, tout en profitant d'un confort et d'une efficacité énergétique plus élevés, et donc d'économies sur le long terme

Quand le froid s’installe, Claude Bicheux, un habitant de Rouen (Seine-Maritime) enfile ses moufles et se met au chaud sous son plaid dans son appartement de 50m². « Chaque hiver, c’est le même refrain, dès que l’on s’assoit sur le canapé du salon avec ma femme et mon fils, on sent des courants d’air », soupire le quinquagénaire, qui vit dans une passoire thermique depuis plus d’une trentaine d’années. « On avait de vieilles fenêtres en bois à la base que l’on a déjà changées une fois pour mettre du PVC mais les joints ont mal été posés. On a toujours froid, malgré le chauffage », se désole-t-il.

Réduire son empreinte carbone

En 2021, un Français sur cinq affirme avoir eu froid dans son logement d’après le Médiateur national de l’énergie. La première cause est la mauvaise isolation thermique. « Notre chauffage est électrique. Nos factures augmentent tout le temps. On peut atteindre les 300€ de facture par mois », s’agace Claude Bicheux qui a décidé de monter un dossier MaPrimeRénov’, l’un des dispositifs d’aides de l’Etat pour mieux isoler son logement. L’allocation est calculée en fonction des revenus des ménages. Dans son cas, ce coup de pouce prendrait en charge environ un tiers du coût des travaux.

« L’argent c’est ce qui coinçait. Cette aide nous permettrait de réduire nos factures. Et puis avec ce qu’il se passe avec le climat, ça va dans la bonne direction », ajoute le Rouennais. Et ils sont nombreux dans son cas. D’après l’étude réalisée en août 2021 par OpinionWay pour 20 Minutes, 57 % des sondés ont isolé leur logement ou ont l’intention de le faire pour réduire leur empreinte carbone. 16 % souhaitent procéder à des travaux en ce sens mais leur situation ne leur permet pas encore. Pour eux, en particulier, il sera difficile de passer de l'intention à l'action sans soutien extérieur. Justement, on y vient.

Propriétaire ou locataire, même combat pour l’isolation

Les locataires ou propriétaires de maison ou d’appartement ont tous le droit à des aides. Mais elles sont différentes. Un locataire peut bénéficier d’une prime coup de pouce chauffage/isolation par exemple tandis qu’un propriétaire sera le seul à pouvoir activer le levier MaPrimeRénov’ pour réaliser des travaux. « C’est la tête d’affiche des aides pour isoler son logement », indique Etienne Charbit, responsable de projet chez Cler, une association pour la transition énergétique. Installer un poêle à granulés coûte 5.500 euros environ.

Avec une subvention de 2200€ en moyenne selon Effy, spécialiste de la rénovation énergétique. Etienne Charbit complète : « Il y a un reste à charge qui peut être financé par l’éco-prêt à taux zéro. Les particuliers peuvent aussi bénéficier du certificat d’économie d’énergie, d’aides de la CAF, des collectivités locales voire des associations comme la fondation Abbé Pierre. Elles sont cumulables. »

Et d’insister : « Isoler son logement n’a de sens que si l’on a une vision globale de l’isolation. » Les déperditions de chaleur proviennent majoritairement des toits et des combles. Viennent ensuite les murs et les fenêtres, selon l’Agence de la transition écologique (Ademe). « Il faut commencer par ces isolations-là. La rénovation par petit geste ne fonctionne pas. Si l’on change juste une chaudière, on économisera peut-être 10 % sur notre facture d’énergie. Sachant que les prix augmentent, ce bénéfice sera annulé en peu de temps. En revanche, si l’on adopte une approche globale de la rénovation, on est sûr d’économiser 75 % d’énergie et donc autant sur notre facture », affirme le représentant de Cler.

FranceRénov', un service incontournable en 2022

A partir du 1er janvier 2022, toutes ces aides seront regroupées sur une seule et même plateforme, France Rénov’. « Le système D, combler les trous du mur avec la mousse expansive ne fonctionne pas sur le long terme. Si on veut mettre fin aux passoires thermiques, il faut absolument entrer en contact avec ce service », conclut Etienne Charbit. Pour passer l’hiver au chaud sans participer au réchauffement climatique.