Tous les secrets de «Bohemian Rhapsody», le titre phare de Queen

CULTE «Bohemian Rhapsody», l’opéra-rock virtuose de Queen écrit par Freddie Mercury, a alimenté bien des légendes…

Emilie Cochaud

— 

Freddie Mercury en concert en 1982.
Freddie Mercury en concert en 1982. — Graham Wiltshire / Rex /REX/SIPA
  • La chanson mythique de Queen est sortie en 1975 sur l'album «A Night at the Opera».
  • Le label du groupe était convaincu que le titre ne marcherait pas, car trop long.
  • Les paroles de «Bohemian Rhapsody» ont fait l'objet de nombreuses interprétations, certains y voyant le coming out de Freddie Mercury...

« Is this the real life, is this just fantasy ? » « S’agit-il de la vraie vie, ou n’est-ce qu’un rêve ? » Aujourd’hui encore, personne n’a tranché et Bohemian Rhapsody continue à faire l’objet de toutes sortes de fantasmes et de spéculations. Sortie en 1975 dans l’album A Night at the Opera, la chanson écrite par Freddie Mercury est un ovni. Une épopée musicale de six minutes, mêlant passages a cappella, ballade, opéra et hard rock. Le tout à grands cris de « Mamma mia ! », « Scaramouche ! » et « Galileo ! ». Un hymne virtuose, qui figure régulièrement en tête des classements des meilleures chansons de tous les temps.

A quelques jours de la sortie en salles du biopic Bohemian Rhapsody, nous avons mené l’enquête sur « Bo Rhap », comme le surnomment affectueusement les fans.

Le « truc de Fred »

« Pendant très longtemps, le groupe n’avait pas de titre pour la chanson. A vrai dire, seul Freddie Mercury savait où ils allaient », assure Samuel Degasne, auteur de la web-série « Une chanson, l’addition ». Durant l’enregistrement, les démos avaient pour titre de travail « Fred’s thing », le « truc de Fred ». Quant à la signification du titre finalement choisi, la rhapsodie, est une « pièce instrumentale de caractère libre, proche de l’improvisation » (dictionnaire Larousse).

Le bohémien, lui, vagabonde et ne se plie pas aux conventions. « C’est à l’image de la chanson, qui ne se plie pas aux normes, car elle est très longue et mélange plein de styles. Et à l’image de Queen qui brisait les conventions en mettant en avant une imagerie gay », confirme Samuel Degasne.

Une prouesse technique

La complexité de l’enregistrement a aussi contribué à forger la légende : « Il s’est déroulé dans six studios différents et il a fallu 180 pistes pour enregistrer le morceau, rappelle Samuel Degasne. A force de repasser dessus, les bandes finissaient par se désagréger ! Il faut se souvenir qu’à l’époque, il n’y avait pas d’ordinateur, c’était un défi technique, une vraie course contre la montre. »

Oui, les radios en étaient gagas

Le label de Queen, EMI, était persuadé que le morceau ne marcherait pas, relate le guitariste du groupe Brian May. Et pour cause, Bohemian Rhapsody dure cinq minutes et 55 secondes, près du double du format radio. Mais Queen refuse de raccourcir la chanson et, dans le dos de la maison de disques, confie une copie à Kenny Everett, un animateur radio. Celui-ci ne résiste pas à la tentation et la diffuse 14 fois en un week-end. La semaine suivante, c’est la ruée chez les disquaires.

Le play-back contre-attaque

« Beaucoup de gens sont persuadés que, sur scène, la chanson était jouée entièrement en live, alors que pas du tout, explique Samuel Degasne. C’était compliqué, la partie opéra était donc enregistrée. » Dans le célèbre Live à Wembley de 1986, on peut ainsi voit le groupe sortir de scène à ce moment-là, avant de refaire leur entrée fracassante sur « So you think you can stone me and spit in my eye… »

S’agit-il d’un coming out ?

Freddie Mercury a toujours refusé d’expliquer le sens des paroles, laissant fleurir toutes sortes d’hypothèses. S’agit-il tout simplement de la confession d’un meurtrier ? D’un pacte scellé avec le diable ? Est-ce inspiré du traumatisme lié au départ forcé de Freddie Mercury de Zanzibar (aujourd’hui en Tanzanie), lorsqu’il était jeune ?

La biographe de Freddie Mercury, Lesley-Ann Jones, y voit le coming out de son homosexualité. Selon elle, les premières phrases de « Bohemian Rhapsody » seraient une confession dans laquelle le chanteur tue l’ancien Freddie (l’hétérosexuel) et choisit une autre vie.

« Comme c’est une chanson hors norme, tout le monde a essayé d’y trouver des interprétations, résume Samuel Degasne. De son côté, Freddie Mercury disait qu’il avait juste assemblé des rimes. La vérité c’est qu’on ne sait pas. » Le quotidien britannique The Daily Telegraph l’a d’ailleurs classée parmi les « 10 chansons auxquelles personne ne comprend rien », aux côtés d’« Hotel California » ou de « Lucy in the Sky with Diamonds ». Compréhensible ou pas, elle est si unique et intemporelle, qu’elle envoûte les foules encore aujourd’hui, près de 45 ans après sa sortie.