L'artisanat se féminise petit à petit

Rédaction 20 Minutes

— 

Elodie Rigaud (à droite, accompagnée de son père et de sa soeur) participe aux actions de communication pour féminiser son métier.
Elodie Rigaud (à droite, accompagnée de son père et de sa soeur) participe aux actions de communication pour féminiser son métier. — Boucherie Rigaud et filles

ÉVOLUTION - Les femmes sont 800.000 dans l'artisanat, soit 30% du nombre total des travailleurs. C'est peu, mais c'est un chiffre en progrès. Des dispositifs sont mis en place pour les promouvoir, mais il y a de grandes disparités entre les différentes professions.

Les professionnels l'assurent tous, ils ressentent une féminisation dans l'artisanat depuis quelques années. Il est vrai que la part des femmes dans les créateurs d'entreprises ne cesse d'augmenter. En 2010, elles étaient 22% à lancer leur propre structure, contre 15% en 1993.

Des chiffres inégaux en fonction de la profession

Malgré tout, ces chiffres restent modestes. Bernard Stalter, président de la société de caution pour les artisans Siagi, constate lui une variation selon les professions: «Il a de plus en plus de femmes dans l'agriculture, un peu dans le bâtiment aussi, mais chez les taxis elles sont très peu nombreuses.»

Autre métier où les hommes sont ultras-majoritaires, la boulangerie. «Nous ne sommes que 4% de femmes, indique Florentine Bachelet, qui a lancé son entreprise il y a 3 ans. Pourtant l'argument des difficultés physiques ne tient plus. Les grilles et les sacs sont beaucoup moins lourds qu'avant.»

Sur les quatre secteurs de l'artisanat, les femmes sont minoritaires dans 3 d'entre eux (bâtiment, alimentation et fabrication). Mais elles sont en majorité, à 53%, dans le secteur des services. Chez les fleuristes ou dans le soin à la personne les hommes sont l'exception.

Les collectivités locales impliquées

Ces variations se retrouvent dès la formation. Dans son CAP boucherie Elodie Rigaud était la seule fille. A présent, elle n'hésite pas à participer aux actions de communication pour changer les choses. En octobre dernier, on l'a sollicité pour participer à un débat portant sur les femmes dans l'entreprise. «C'est très valorisant, indique-t-elle. On m'a demandé de venir en tant que future chef d'entreprise et en plus dans un métier dit masculin.»

Au-delà des chiffres, c'est aussi le profil des femmes dans l'artisanat qui évolue. François Moutot, directeur général de l'APCMA, remarque «de plus en plus de femmes investissent les postes de gestionnaires plutôt que de terrain.» Et d'ajouter, «par exemple, 10 à 15% des entreprises du BTP sont gérées par des femmes». Un chiffre qui ne devrait cesser d'augmenter dans les années à venir.

Les Chambres de métiers de l'artisanat (CMA) multiplient les actions pour encourager l’entrepreneuriat féminin. De plus en plus de concours réservés sont apparus, comme les «Trophées artisanat au féminin» dans l'Aube. Cependant, les CMA n'attribuent pas d'aides spécifiques pour les femmes. Bien souvent, ce sont les collectivités locales qui le font. Elodie a pu ainsi bénéficier d'une bourse de 200€ attribuée par la région Nord-Pas-de-Calais.

Florentine Bachelet juge ces dispositifs utiles, mais note qu'ils s'adressent aux femmes «dans l'artisanat en général». Elle regrette «qu'il n'y en ait pas beaucoup consacrés à des métier en particulier», qui permettrait de réellement développer la présence féminine dans tous les secteurs. Une piste à explorer!

André Barthélémy

>>> Retrouvez l'ensemble de notre dossier Devenez artisan