Ambiance festive sur la place de la République

Rédaction 20 Minutes
— 
Les passants sont invités à mette la main à l'épluche-légume
Les passants sont invités à mette la main à l'épluche-légume — credit magazine

REPORTAGE - La place de la République, à Paris, est le centre de la première édition de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire. Entre information et dégustation…


Logo 20Minutes StopGaspi«Epluches si affinité!» La pancarte sur la place de la République vous mets dans l’ambiance. Econome en main, une cinquantaine de personnes a mis la main à la pâte. Sur fond de musique endiablée, Mathieu, membre de la Disco Soupe parisienne rameute les passants malgré la pluie, les invitant à venir éplucher les légumes récupérés sur le marché de Rungis le matin même afin de cuisiner et déguster une soupe ou une salade collaborative.


Pour cette première édition de la journée nationale anti-gaspi, la place parisienne récemment rénovée a pris des allures de grande fiesta. «Ca bouge bien malgré le mauvais temps. C’est le principe de la Disco Soupe : fun et festif», s’enthousiasme Mathieu.

Respect de la nourriture

Juste à côté, sur le stand du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, à l’origine de l’événement, le chef Grégory Cuilleron distribue ses conseils. «Au menu ce midi : comment cuisiner des restes de gigot d’agneau avec quelques carottes et une sauce au yaourt», annonce l’ancien candidat à l’émission Top Chef. Faire un vrai festin avec ce qui reste dans le frigo, c’est le concept de l’espace «A vos tabliers», qui réunit chefs et acteurs du monde culinaire autour de la question de la lutte contre le gâchis. «C’est une question d’éducation, j’ai été élevé dans le respect de la nourriture, en pensant au fait que certains ne mangeaient pas à leur faim et je suis donc très fier de participer à cette journée», ajoute Pierre Sang, autre cuistot médiatique venu en voisin (son restaurant est situé à Oberkampf) donner quelques conseils.

Plus loin, sur l’espace «A votre bon cœur», ce sont les associations qui sensibilisent les curieux à leur action. Si les stands des très connus Resto du Cœur attirent l’œil au pied de la statue de Marianne, d’autres, moins connus, tentent de mobiliser. C’est le cas de la Banque alimentaire, cousin moins médiatisé des Restos de Coluche, ou de l’Agence d’aide à la coopération technique et au développement (ACTED), plus spécialisé sur la question de la faim dans le monde.

Enfin, sous la grande tente blanche, des traiteurs de collectivités locales travaillant en région parisienne, offrent à chacun de se réchauffer grâce à une soupe minute réalisée à base de fruits et légumes issus du marché de Rungis.

Alexandre Vartan