Quand la grande distribution s’engage contre le gâchis alimentaire

Rédaction 20 Minutes

— 

Chaque jour, le magasin Auchan du Kremlin-Bic^tre donne quatre charriots remplis aux associations
Chaque jour, le magasin Auchan du Kremlin-Bic^tre donne quatre charriots remplis aux associations — L. Bernard

REPORTAGE - En juillet, Auchan a signé le Pacte national contre le gaspillage alimentaire. Reportage au magasin du Kremlin-Bicêtre, où diverses opérations sont menées pour traduire cet engagement en actes...

Logo 20Minutes StopGaspi
Logo 20Minutes StopGaspi
Chaque année, la grande distribution jette 750 000 tonnes de produits encore consommables. Pour atténuer cette tendance, certaines enseignes, comme Auchan, s'engagent à retraiter leurs produits de manière plus responsable. «La première des mesures est de limiter au maximum le gaspillage au moment de la commande», explique Patrick Hamimi, contrôleur de gestion du magasin du Kremlin-Bicêtre. L'écoulement des stocks n'étant pas une science exacte, il y a évidemment un surplus de produits que le magasin s'emploie à redistribuer.

Des stickers promotionnels

Les produits frais et boucheries dont la date de péremption sera dépassée deux jours après se voient étiquetés de stickers promotionnels variant de -20 à -50%. Contrairement à d'autres enseignes, ces produits ne sont pas réunis sous une bannière spécifique mais sont présentés en tête de gondole aux côtés des mêmes produits dont la date légale de consommation est plus éloignée. «Nos clients sont bien au fait de cette pratique. La preuve, quand il n'y a plus de yaourts à bas prix, ils viennent me les réclamer!»

Des frigidaires à côté des caisses

Les produits abandonnés en caisse sont, eux, systématiquement remis au frais afin de ne pas interrompre trop longuement la chaîne du froid. C'est une originalité de ce site depuis 2010 : deux frigidaires sont disposés à côté des caisses en deux points névralgiques du magasin, et sont vidés plusieurs fois par jour par les chefs de rayons qui vérifient que les produits soient encore consommables.

Des dons aux associations

Les produits encore consommables mais impropres à la vente en raison d'emballages abîmés ou lorsqu'un seul des éléments d'un lot est défectueux (œufs, fruits et légumes...) sont gardés dans une zone spécifique en réserve. Diverses associations viennent chaque jour récupérer ces denrées consommables. Ces dons représentent quotidiennement quatre chariots de produits de grande consommation et un chariot non-alimentaire. Depuis un an, 200.000 articles, soit l'équivalent de 400.000 euros, ont été retraités.

Des déchets recyclés

Les produits impropres à la consommation sont quant à eux récupérés et transformés en biogaz, servant à la production d’électricité et d’engrais naturels. Une méthode qui devrait permettre à l'enseigne de baisser safacture énergétique. «Nous devrions diminuer nos frais en électricité de 5% par an à terme», assure Patrick Hamimi. Tout le monde est gagnant.

Lucile Bernard