Andorre, le goût des Pyrénées

Rédaction 20 Minutes

— 

Les saucisses et les saucissons se dégustent à l'apéritif ou en début de repas.
Les saucisses et les saucissons se dégustent à l'apéritif ou en début de repas. — SIMON ISABELLE/SIPA

GASTRONOMIE - La cuisine andorrane est le reflet de la tradition à la fois montagnarde et méditerranéenne de la principauté. Comme dans toutes les Pyrénées, la viande et surtout la charcuterie sont primordiales.

Malgré la prédominance de la charcuterie dans leurs assiettes, les andorrans sont également friands des truites de rivière et d'escargots. Découverte de cette cuisine en trois plats typiques.

La charcuterie, l'inévitable

Que ce soit du côté français ou espagnol, c'est l'une des spécialités pyrénéennes par excellence. Andorre ne fait pas exception et propose toute une variété de saucisses ou saucissons typiques. Pour l'apéritif ou pour démarrer les repas, vous pourrez essayer le bull de fetge, de la saucisse de foie, ou la llonganissa, une sorte de saucisse sèche que l'on retrouve aussi en Catalogne. Autre saucisse, la Botifarra, qui se présente soit noire, soit blanche. Celle-ci peut toutefois être cuisinée. La différence entre la «negra» et la «blanca» est la présence de sang de porc dans la première.

Escudella, la tradition

Une soupe traditionnelle et importante. Elle se mange tous les ans dans la capitale d'Andorra-la-Velha le 17 janvier, pour la Saint-Antoine. Comme souvent dans les soupes pyrénéennes, la recette comporte de la viande en plus des légumes (à l'image de la garbure du Béarn par exemple). Pour «l'escudella», il faut d'abord prévoir des légumes d'hiver: choux, citrouille, carotte, poireau, pomme de terre ou encore céleri. On doit également ajouter beaucoup d'haricots blancs, comme dans de nombreux plats catalans. Et à cette base s'ajoute de la viande de veau et différents morceaux de porc (saucisse, couenne, poitrine).

>>> Découvrez notre sélection de cinq hôtels pour tous les goûts

 

Trinxat, le pyrénéen

Le plat typique andorran. Il se compose de lard, d'ail, de pommes de terre et de chou vert. C'est un véritable met pyrénéen, fait avec les légumes qui poussent en montagne, à la fois nourrissant et réchauffant. Il se présente sous la forme d'une galette, où les pommes de terre écrasées sont mélangées avec le chou, les lardons et l'ail, découpé au préalable. Certains servent le «trinxat» comme entrée, d'autres en font un accompagnement pour une viande, mais il sert également de plat principal.

André Barthélémy

 

>>> Retrouvez notre dossier complet pour découvrir Andorre