Au fait, le motorball c’est quoi? On vous présente ce sport du turfu

Grand écran Du roller, de la vitesse et des cyborgs… voilà en résumé le sport roi du manga «Gunnm» adapté au cinéma dans «Alita : Battle Angel»

Alexis Moreau
— 
Alita sur la piste de motorball.
Alita sur la piste de motorball. — Copyright Twentieth Century Fox France
  • Le motorball est une course de roller à très grande vitesse.
  • Ce sport tire son nom d’une balle en acier ovoïde de 40 kg qu’il faut avoir en main au moment de franchir la ligne d’arrivée.
  • Il tient une place centrale dans l’univers de «Gunnm» et sera bien présent dans son adaptation sur grand écran.

Ne cherchez pas le club local, vous ne le trouverez pas. Sport numéro 1 dans le manga Gunnm, le motorball aura évidemment sa place dans le film Alita: Battle Angel (en salle le 13 février). Sauf que si vous comptiez vous rendre au cinéma sans avoir lu une ligne de l’œuvre originale, difficile pour vous de comprendre de quoi il s’agit. Pour faire simple, le motorball est une course de roller à très haute vitesse (jusqu’à 300 km/h).

C’est tout ? Pas vraiment. Pour être déclaré vainqueur, le premier doit couper la ligne d’arrivée en possession d’une « sphère appelée motorball », explique Jean-Baptiste Bessière créateur du forum Gunnm and dream. Une tâche plus compliquée qu’il n’y paraît puisque le motorball est, comme expliqué sur le forum mentionné juste avant, « une sorte de balle en acier ovoïde de 40 kg avec trois séries de trois trous entre lesquels six demi-sphères tournent sur elles-mêmes », rendant la trajectoire de celle-ci très imprécise « lorsqu’elle touche le sol ». Pour comprendre à quoi cela ressemble, imaginez une boule de bowling à laquelle on aurait greffé six demi-boules de pétanque et vous obtiendrez une image réaliste.

Autre détail important, ce sport est réservé à des cyborgs qui ont tout le loisir d’utiliser « les armes incluses dans leur armure » pour attraper la précieuse balle, ajoute Jean-Baptiste Bessière.

Le sport comme opium du peuple

Afin de mieux visualiser l’ensemble, sachez que le motorball s’inspire beaucoup d’une autre œuvre de fiction : Rollerball, un film américain réalisé par Norman Jewison, sorti en 1975. Pour la petite histoire un remake avec Jean Reno, LL Cool J et Chris Klein (Oz dans Américain Pie) a été tourné en 2002.

Au-delà de l’aspect purement récréatif, le motorball tient une place particulière dans l’univers créé par Yukito Kishiro. Pour Gauthier Lemaire, l’administrateur du forum Gunnm and dream, cette discipline sert « de soupape de sécurité » à l’ensemble du système. Il est rejoint sur ce point par Jean-Baptiste Bessière qui détaille : « L’objectif de ce sport est de maintenir un certain équilibre, d’éviter une rébellion ou une remise en cause des institutions. »

Le motorball joue donc un rôle clé dans le monde dystopique de Kishiro. « D’un côté il y a Zalem, la cité utopique, idéale, réservée à une élite. De l’autre Kuzutetsu (la décharge) où se déroulent les courses mais où résident, dans le chaos et la violence, la plupart des êtres humains (si vous avez vu Metropolis c’est un peu la même chose). Sauf qu’il est bien expliqué dans le manga que les habitants de Zalem ont besoin des productions de Kuzutetsu pour survivre ».

A l’instar des jeux du cirque dans l’Empire romain, le motorball a pour but de satisfaire les instincts primaires de la population et de calmer les plus vives tensions. De là à paraphraser Marx et de parler de sport comme opium du peuple, il n’y a qu’un pas. Reste à savoir quelle interprétation Robert Rodriguez fera du motorball dans son film.