Planètes habitables, vie extraterrestre… Les scientifiques visent les étoiles

Sciences Entrepreneurs et scientifiques mettent tout en œuvre pour découvrir de la vie dans l’espace

Augustin Chalot

— 

Dans « Ad Astra », l'humanité cherche son salut dans les étoiles.
Dans « Ad Astra », l'humanité cherche son salut dans les étoiles. — Twentieth Century Fox
  • De nombreuses planètes habitables ont été découvertes ces dernières années.
  • Les scientifiques cherchent des traces d’eau, qui pourraient signifier la présence de vie.
  • Les derniers projets de navette spatiale devraient permettre d’aller très loin de la Terre.

2001, 2019 ou 2120, même histoire, la colonisation de l’espace est en marche. Qu’elle soit fictive dans Ad Astra, film de science-fiction attendu au tournant dont la sortie est prévue le 18 septembre, ou dans la réalité. Marquée par les essais de Space X, les recherches de planètes habitables ou de vie extraterrestre dans tout l’Univers, l’actualité est toujours plus tournée vers les étoiles. Elon Musk, Mars, le télescope James-Webb, décollage imminent pour un tour d’horizon des avancées du moment et des projets du futur…

« La plus grande avancée est que nous savons aujourd’hui qu’il y a au moins deux planètes autour de chaque étoile que nous voyons, s’exclame Franck Marchis, astronome et chercheur à l’institut Search for Extra-Terrestrial Intelligence (Seti). Parmi celles-ci, 30 % sont terrestres. Il y a un nombre immense de mondes potentiellement habitables ou ayant abrité la vie ! » Ces informations ont été recueillies essentiellement grâce à la deuxième mission du télescope Kepler, lancée en 2014. Son successeur, le Transiting Exoplanet Survey Satellite (Tess) a été lancée en 2018. « Ce télescope spatial recherche des planètes autour des étoiles brillantes les plus proches de notre système. Près de 300 planètes dont certaines pourraient être habitables ont déjà été trouvées », complète le scientifique.

La vie, oui, mais des bactéries

Pour le moment, pas question de vie extraterrestre pour autant, mais ces instruments de plus en plus performants « nous ont déjà permis de détecter de l’eau sur Europe, un des quatre principaux satellites de Jupiter, par exemple », note Rémy Decourt, journaliste spécialisé à Futura Sciences. « Pour qu’il y ait de la vie, il faut de l’eau, ajoute Franck Marchis. Cette vie peut être sous forme bactériologique, microbienne… Nous ne nous attendons pas à trouver des humanoïdes. » Parmi les futurs outils de recherche, le télescope James-Webb sera lancé en 2020. Il sera capable de repérer des planètes habitables autour de toutes petites étoiles, pour regarder toujours plus loin.

Mais pour voir plus loin… il faut être plus près, comme le rappelle le chercheur du Seti : « Si l’on veut trouver de la vie extraterrestre un jour, notre seule chance de succès est de construire des instruments plus grands et efficaces, mais aussi de les envoyer plus loin. » C’est là que les cow-boys de l’espace entrent en jeu, Elon Musk et Iouri Milner en chefs d’escadron. « Leurs projets sont impressionnants et très sérieux », assure Franck Marchis. Et même si les deux hommes d’affaires cherchent à conquérir la Lune et Mars, « les tests du Starhopper [le lanceur de la future navette spatiale de Space X, NDLR] montrent qu’ils ont la capacité de nous emmener loin et d’embarquer les outils d’observations avec », espère-t-il. Un objectif lune pour explorer l’Univers.