Légères tensions entre les héros du « Pacte » cette semaine

série Retrouvez les épisodes de la semaine du feuilleton littéraire Le Pacte, à lire dans chaque numéro de « 20 Minutes »…

Emily Chain et Anaël Verdier (Rocambole)
— 
Journée difficile.
Journée difficile. — GettyImages

Dans chaque exemplaire de 20 Minutes, vous retrouvez désormais un feuilleton écrit par la team Rocambole. Rocambole, c’est l’app (Android, iOS) sur laquelle vous êtes déjà plus de 60.000 à aimer lire tous les jours ! Elle propose des histoires 100 % exclusives, en épisodes de 5 minutes, sur votre smartphone.

Dans « Le Pacte », écrit par Emily Chain et Anaël Verdier, quatre amis se font la promesse de tout faire pour réaliser leur rêve. Si vous avez raté le début, rendez-vous sur notre site ou téléchargez l’app Rocambole ! Voici les épisodes de la semaine du 22 octobre pour celles et ceux qui les ont ratés…

Épisode 37 – Raconte-moi !

Antoine fixe son café. S’il n’a pas encore renvoyé paître Assane, c’est uniquement parce qu’il est quelqu’un de bien élevé. Sa mère lui a appris la patience. Comme disait son père, « Avec une femme, souris et écoute, elle s’arrêtera un jour. Avec un homme, bois et tais-toi, ça t’évitera un nez cassé. » C’est donc ce que fait Antoine : il boit son 3ème café et Assane n’a toujours pas changé de sujet.

– Je suis sûr qu’on pourrait faire un roman de ta vie ! Tu dois voir tellement de choses !

– Pourquoi tu veux ça ? T’as pas déjà un sujet que Louise aime ?

Assane l’épuise.

– Oui, mais pour le prochain je…

– Termine déjà le premier.

Il a été sec et Assane fronce les sourcils.

– Pas besoin d’être désagréable. Tu es irritable en ce…

Antoine ne laisse pas son ami continuer, préférant sortir son portable et faire mine d’avoir un coup de fil. D’un signe de la main, il s’excuse et s’engouffre à l’intérieur de la librairie, d’où vient leur café à emporter – restrictions obligent. Elias observe son manège et l’interpelle.

– Tu sais, Assane ne veut que ton bien.

Des conseils, il n’en peut plus.

– Tu sais ce qui serait bien ? Qu’ils arrêtent de tous vouloir diriger ma vie. Ce n’est pas vivre que de se mettre la pression dès que le soleil se lève pour ne pas perdre une minute de ça…

– De ça ?

– Tu sais bien. La liberté, le temps… Ils ont l’air de croire que je gâche ma vie, mais en attendant j’ai bien plus d’anecdotes à raconter qu’eux !

Elias plisse les yeux.

– C’est pour ça qu’il se tournait vers toi. Il voulait ton aide.

Il réalise que le libraire a raison, mais lorsqu’il se retourne, son ami a disparu.

Episode 38 – Les affres du cœur

– Alors, Toinou, ça donne quoi avec Alice ?

Samia sait son amie franchement séduite, mais elle n’en dira rien à Antoine tant qu’il n’aura pas partagé ses impressions.

Il retrouve Samia dans le parc à côté de son agence, où elle l’a invité à partager une salade sur un coin de banc, face au lac. Les canards dérivent sans se presser, comme la réponse d’Antoine, un “Oui, c’était bien” évasif.

– Toi, il y a un truc qui te chiffonne.

Antoine hausse les épaules en croquant dans son jambon-beurre – les salades, ce n’est pas vraiment sa tasse de thé.

– Je ne sais pas. Elle est sympa, mais on dirait qu’elle a honte de qui elle est et ça me met mal à l’aise.

Alice, avoir honte ? Samia tombe des nues. C’est bien la dernière impression qu’elle aurait de son amie. Samia interroge Antoine, qui précise :

– Elle n’assume pas d’être au chômage, comme si c’était une tare.

– Et c’est pour ça que tu as des réserves ? s’amuse Samia.

Antoine hausse les épaules.

– Je ne sais pas, élude-t-il.

– Tu vas la revoir ?

Antoine jette un caillou dans le lac d’un coup de pied, et se fait houspiller par un canard mécontent.

– Pourquoi est-ce que tu y tiens autant ? demande-t-il sèchement.

Samia esquisse un mouvement de recul :

– Je m’intéresse à toi, c’est tout.

– Oui, ben commence par t’intéresser à ton mariage bidon, là, et laisse-moi gérer ma vie sentimentale comme j’en ai envie !

Sans laisser le temps à Samia de lui répondre, Antoine se lève et quitte le parc à grandes enjambées.

Épisode 39 – Encore une fois…

Quand Antoine sursaute aux multiples coups de sonnette à sa porte, il sait qu’il s’agit de Louise. Son impatience résonne jusque dans sa façon de martyriser ce pauvre bouton.

– Oui, oui, j’arrive.

Il soupire, éteint sa télévision et va lui ouvrir. Louise déboule dans son appartement et pointe un doigt accusateur sur lui.

– Qu’est-ce que tu as fait ? Assane est mal et n’arrive plus à écrire ! Il devait me donner la première partie de son roman hier soir, mais je l’ai eu au téléphone et il m’a expliqué que tu avais raison, qu’il était mauvais et ne devrait pas écrire.

Antoine ouvre la bouche sans savoir quoi dire.

– Je…

– Oui ?

Louise est aussi énervée qu’il est exténué après avoir remplacé, durant une demi-journée, une secrétaire qui mériterait une médaille pour tout ce qu’elle accomplit pour sa patronne despotique. Ce n’est pas étonnant qu’elle soit en arrêt pour burn-out.

– Écoute, je ne lui ai rien dit qui ne soit vrai. Je ne voulais pas être dans son roman et…

– Monsieur se croit au-dessus des soucis de ses amis ? Le pacte n’est pas fait pour finir aigri et seul, Antoine ! On a dit qu’on se soutiendrait. La preuve, je t’ai même préparé un plan de bataille pour te trouver un projet et j’ai pensé que…

– Stop. Stop. STOP !

Il répète ce mot, jusqu’à hurler.

– Je n’ai pas envie de changer ma vie. Si Assane veut délirer avec un roman, Samia se marier avec un inconnu ou toi vivre par ton boulot, OK. Mais arrêtez de vouloir me faire dire que j’ai un problème. JE SUIS HEU-REUX !

Louise le dévisage avant de marmonner un mot incompréhensible et de quitter les lieux.