Braquage imminent et virée à la plage dans « Le Pacte »

Série Retrouvez les épisodes de la semaine du feuilleton littéraire Le Pacte, à lire dans chaque numéro de « 20 Minutes »…

Laurent Bainier
— 
"Tiens, tiens, un photographe...
"Tiens, tiens, un photographe... — GettyImages

Dans chaque exemplaire de 20 Minutes, vous retrouvez désormais un feuilleton écrit par la team Rocambole. Rocambole, c’est l’app (Android, iOS) sur laquelle vous êtes déjà plus de 60.000 à aimer lire tous les jours ! Elle propose des histoires 100 % exclusives, en épisodes de 5 minutes, sur votre smartphone.

Dans « Le Pacte », écrit par Emily Chain et Anaël Verdier, quatre amis se font la promesse de tout faire pour réaliser leur rêve. Si vous avez raté le début, rendez-vous sur notre site ou téléchargez l’app Rocambole ! Voici les épisodes de la semaine du 8 octobre pour celles et ceux qui les ont ratés…

Épisode 31 – Pas de plaisir sans risque

– C’est parfaitement dans tes cordes. Un braquage avec un message, un mélange de littérature et de divertissement, parfait pour ta nouvelle collection.

Denis paraît peu enthousiaste.

– Il a déjà publié, ton ami ?

– Une ou deux nouvelles, mais ce n’est pas le plus important. Ce qui compte pour toi, Denis, c’est le défi qu’un jeune auteur représente. Tu ne t’es pas construit sur des stars pour une raison très simple : la facilité t’ennuie.

Au sourire qu’il essaie de dissimuler derrière son verre, Louise sait qu’elle a fait mouche. Elle laisse planer un instant de silence, assez long pour que Denis résolve ses débats internes.

– Si le livre est bon – et c’est un gros si – alors j’envisagerai de lui donner une place dans le catalogue.

Louise rayonne. Elle n’aime rien mieux que la victoire, et même s’il ne s’agit que d’une promesse, elle se voit déjà tenant le roman d’Assane dans ses mains, avec une jolie couverture aux couleurs de la maison de Denis.

– Quand pourrai-je le lire ?

– Je lui demanderai de t’envoyer ses premières pages. Il sera un peu intimidé mais je le convaincrai.

– Pour ça, je te fais entièrement confiance, s’amuse Denis.

Louise s’enorgueillit de ses talents de persuasion. Ils sont l’un de ses meilleurs atouts depuis qu’elle est toute petite. Face à ses parents aux idées très arrêtées, elle a dû développer très tôt sa capacité à obtenir ce qu’elle voulait. C’est ce qui la rend encore plus rageuse lorsqu’on lui oppose un refus, et la raison pour laquelle elle n’oublie jamais un “non”.

Épisode 32 – Premier contact

Louise essaie de joindre Assane depuis ce matin, sauf qu’entre le contrôle à surveiller, la discussion animée avec Apprenti€crivain qui a su lui pardonner son manque de tact et les réunions de collègues en colère de devoir déplacer le brevet blanc, il n’a pas une minute à lui.

Néanmoins, connaissant l’insistance de son amie, il décroche à la cinquième sonnerie, en soufflant :

– Louise, je n’ai pas le temps de parler, j’ai…

– Tu dois écrire, je sais. Je ne vais pas être longue. J’avais juste envie de te dire que ton histoire est en train de convaincre un ami éditeur. Il trouve que l’idée est originale et il a hâte de te lire.

– Louise, je n’ai pas le temps là.

Assane évite la conversation sans grand espoir que cela marche.

– Tu pourrais m’envoyer le début ce week-end et j’arriverai à le faire patienter le temps que tu peaufines le reste !

Elle insiste. Il grimace. Comment peut-il se sortir de cette situation ?

– Je… D’accord. Tu auras ça dimanche soir dans ta boîte mail.

– Super ! Je te laisse écrire.

Pourquoi son amie oublie-t-elle qu’il n’a pas que l’écriture dans sa vie ? Il raccroche et sa collègue prof d’anglais le fixe :

– Ça va ?

– On ne peut mieux, je suis un écrivain sans roman et un ami sans courage, que demande le peuple ?

– La tête de Louis XVI ? dit-elle en rigolant.

Il sourit. Traîner entre professeurs de français, histoire et anglais ne donne pas toujours des blagues de bon goût.


Épisode 33 – Entre deux vagues.

Antoine marche en essayant de ne pas souffler comme un buffle dans son masque. La mer, c’est l’air libre et la liberté, lui a assuré Samia quand il a demandé ce que sa copine Alice aimerait pour un deuxième vrai rencard. De toute façon, dans un pays quasiment éteint, le choix est limité. Ni une ni deux, grâce à son emploi du temps connu à l’avance, il a réservé un week-end au bord de l’eau. Alice étant au chômage, elle n’avait aucune excuse pour refuser et elle ne l’a pas fait.

C’est ainsi qu’il se retrouve à se promener dans le sable sans la moindre once de sportivité.

– Ça va ?

Alice doit être adepte de fitness ou d’un autre sport, car elle gambade comme un petit lièvre. Antoine lui sourit, mais elle ne le voit pas puisqu’ils ont décidé de garder les masques pour se tenir chaud face au vent glacial du grand large. Pour une fois qu’il a une autre utilité que de leur donner des boutons…

Néanmoins, Antoine n’est pas serein. Tout à l’heure, en choisissant leur itinéraire à l’office du tourisme, il a remarqué qu’Alice avait esquivé sa situation professionnelle durant la conversation avec l’employé. Lui, au contraire, a déclaré fièrement être intérimaire.

Samia lui a pourtant dit qu’elle était comme lui, heureuse de sa vie… Mais pourquoi cacher cela alors ? Ce n’est pas un crime de ne pas travailler et chercher sa voie. Sauf que cette réflexion l’amène à autre chose : n’est-il pas lui-même coupable de mensonge quand il fait croire à ses amis qu’il souhaite suivre leur pacte ?

Plein de questions, Antoine n’est pas près de voir les vagues se calmer.