Rentrée universitaire : trois critères à connaître pour choisir son logement étudiant

SE LOGER Cité universitaire, studio, colocation, chambre chez l’habitant… Pas facile de trouver le logement idéal quand on est étudiant

A.C.
Pour éviter les mauvaises surprises, il est essentiel d'ouvrir l'œil et le bon au moment de visiter un logement !
Pour éviter les mauvaises surprises, il est essentiel d'ouvrir l'œil et le bon au moment de visiter un logement ! — iStock / City Presse

Bientôt la rentrée, mais la rentrée dans quoi ? Alors que les réponses de formations demandées tombent depuis début mai, familles et futurs étudiants se mettent déjà en chasse d’un logement. En France, environ 1,6 million d’étudiants cherchent un appartement pour la rentrée d’après une étude de ImmoJeune menée en 2018. Si le choix de la ville dépend des réponses reçues par les intéressés, d’autres critères entrent en compte dans le choix du logement dans lequel un jeune va s’installer.

Pour être dans les meilleures conditions pour étudier, trois critères principaux entrent en compte d’après William Vieillard, directeur général de ImmoJeune : « Afin de bien préparer sa recherche et ne pas se tromper, il est indispensable de bien avoir défini son budget en amont, c’est la priorité. » La localisation précise du logement est également à prendre en considération sérieusement d’après le spécialiste : « Aujourd’hui, un jeune ne doit pas dépasser les 30 minutes de transport entre son campus à son logement. Quel que soit le logement, on conseille une distance maximale de 5 km du campus. » 

Budget et personnalité

Une fois ces deux critères établis, la recherche peut commencer. En France, les solutions sont nombreuses en termes de logements étudiants. Difficile de se décider entre une colocation, un studio, une cité universitaire ou encore une chambre chez l’habitant. Pour William Vieillard, ce n’est pas qu’une question de budget, mais aussi de personnalité. « Choisir une colocation demande de se sentir à l’aise avec les autres, d’être capable de se mélanger. Avoir le même rythme que ses colocataires est important. Partager des activités, aussi. » 

Pour lui, s’installer dans un studio demande une plus grande maturité. « Il ne faut pas avoir peur de la solitude, et savoir se gérer soi-même, avoir une grande autonomie. Avec le Covid-19 on a beaucoup parlé d’isolement, il faut être très attentif à cela. »
Le bon compromis se trouve peut-être dans les résidences étudiantes du Crous ou privées, souvent proches des campus. « Il existe des petits studios ou des colocations.

Certaines cités privées proposent des espaces de coworking, des activités sportives voire des cours de cuisine, c’est un cadre rassurant et agréable. » Ne pas hésiter à regarder du côté des chambres chez l’habitant également. « Cela permet d’avoir un cadre, d’aider une personne dans les tâches du quotidien. On a notre espace, notre chambre, mais on partage les pièces communes avec quelqu’un, ce qui pallie ces soucis de solitude et d’enfermement. » Une année de confinement, c’est déjà bien assez.