Comptes de défunts sur Facebook: comment vivez-vous votre relation aux fantômes numériques?

MORT A l'occasion de l'émission « La mort, si on en parlait ? » organisée par Maif et le Groupe VYV, nous lançons une série sur la mort numérique...

L.B.

— 

Capture d'écran de la page artiste Facebook de Michael Jackson
Capture d'écran de la page artiste Facebook de Michael Jackson — Facebook

Les fantômes numériques, ces comptes de personnes décédées qui n'ont pas été clos par leurs proches, représentent une part importante des comptes sur les réseaux sociaux. Chaque jour, près de 8.000 personnes inscrites sur Facebook décèdent ainsi dans le monde selon la Cnil, rappelions-nous dans le premier volet de notre série sur la mort numérique lancée à l'occasion de l'émission « La mort, si on en parlait » organisée par Maif.

Beaucoup de ces comptes restent actifs et se rappellent à notre souvenir à l'occasion notamment de l'anniversaire du défunt. Dans certains cas, les proches de la personne décédée alimentent sa page, y postent des photos et des messages pour entretenir un mémorial en ligne. Comme pour tout sujet ayant à la mort, les réactions individuelles sont fortement contrastées. Certains ont besoin de ces traces en ligne. D'autres les fuient... 

L'un de vos contacts Facebook est mort et vous avez du mal à cohabiter avec ses traces numériques (rappel d'anniversaire, tag, etc.)? Vous n'arrivez plus à vous connecter à vos réseaux de peur d'y croiser les profils d'amis disparus? Surmonter la présence de ces fantômes numériques a été une épreuve supplémentaire dans votre processus de deuil. Vous refusez de supprimer le compte facebook d'un défunt par peur de le voir disparaître une deuxième fois? Vous entretenez sa mémoire numérique en postant des messages sur son mur, en le taggant? Votre témoignage nous aidera à mieux comprendre le rapport que nous entretenons individuellement à la mort en ligne...