ENGIE

VIDEO. Vivre dans une maison autosuffisante, qu’est-ce que ça change?

Environnement Franck a acheté une maison qu’il a transformée en logement autonome en énergies et en eau

Elna Hartman

— 

Une maison autosuffisante doit pouvoir subvenir seule à ses besoins en eau et en énergie (illustration).
Une maison autosuffisante doit pouvoir subvenir seule à ses besoins en eau et en énergie (illustration). — Istvan Balogh / Getty Images Plus

De solides fondations. Ancien ouvrier du BTP, puis agent immobilier, Franck a décidé de vivre en accord avec ses principes écologiques et économiques. En 2012, il investit dans une maison en Ile-de-France et la transforme en une propriété presque autosuffisante.

Pour moins de 30.000 € de travaux, il produit lui-même son électricité et est indépendant pour sa consommation en eau. Pourtant, raconte-t-il, depuis qu’il a installé des toilettes sèches, des plantes et une mare, sa maison a perdu de sa valeur. « Les gens n’ont pas envie aujourd’hui d’attendre quinze minutes pour remplir une bouteille d’eau, ni d’avoir à s’occuper du compost. »

La maison produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme

Sur le toit, Franck a installé des panneaux solaires, et dans le garage, les voitures ont été remplacées par des réservoirs d’eau. Cette installation lui permet même de revendre jusqu’à 1.200 € d’électricité par an à EDF. Une façon pour lui « de payer le moins de factures possibles et d’être le plus autonome possible. Si l’électricité coûte de plus en plus chère, et que je ne peux plus me permettre d’acheter du gaz, j’ai besoin de bois. Et le bois, j’en ai partout autour de moi. Pareil, pour l’eau chaude, il y a le soleil qui peut me la donner, par exemple. Il y a aussi le bois. »

Au-delà de cette autosuffisance, Franck défend l’idée d’un nouveau mode de vie. « Il n’y a pas que le côté énergétique. C’est aussi comment je me sens dans ma société. Il y a une phrase que j’aime bien de Jiddu Krishnamurti : “Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être adapté à une société malade." Moi, j’essaie de me guérir. » Alors, en attendant de récolter les premiers fruits de son jardin, Franck espère ouvrir sa maison aux écoles.