ENGIE

Recyclage, récup' : comment donner une seconde vie à son électroménager

Déchets Des solutions alternatives existent pour se débarrasser proprement de ses anciens équipements électriques et électroniques ménagers

Aurélien Chapuis

— 

Non, l'électroménager en fin de vie n'est pas condamné à la déchetterie.
Non, l'électroménager en fin de vie n'est pas condamné à la déchetterie. — esemelwe / Getty Images

Plus d’un équipement ménager électrique ou électronique par habitant, soit 69,1 millions d’appareils usagés, a été collecté en 2017 d’après Eco-systèmes, éco-organisme à but non lucratif agréé pour la collecte et le recyclage des appareils électriques et électroniques ménagers. Aujourd’hui, en plus des points de collectes classiques comme les déchetteries, les fournisseurs et magasins ont l’obligation de collecter les anciens modèles après achat d’un nouveau. Parmi les secondes vies de notre électroménager, le recyclage en matière première est majoritaire en France. Le reconditionnement est aussi encouragé, mais reste à la marge.

Différentes solutions s'offrent au consommateur

« Aujourd’hui, nous sommes capables de recycler en matières premières 76,6 % d’un appareil électrique ou électronique ménager », estime Véronique Poirier, directrice de la communication chez Eco-systèmes. Pour que cela puisse se faire, c’est d’abord au consommateur de jouer et plusieurs solutions s’offrent à lui. « S’il s’agit de petit électroménager, déposez le en déchetterie ou en dans un magasin, conseille Véronique Poirier. Si c’est du gros électroménager, la déchetterie est la solution à privilégier. Le livreur du nouveau modèle pourra aussi vous le récupérer. » C’est ici que la première étape de tri se fait, « pour vérifier que le matériel soit réellement hors d’usage, notamment ». Ces points de collecte étant souvent limités en place, un réseau de ramassage s’occupe de rassembler l'électroménager dans des centres de regroupement.

Le procédé de la dépollution

Les centres sont équipés pour broyer les appareils et séparer les matières grâce à des procédés chimiques. Les techniques changent en fonction des caractéristiques de l’appareil. « Pour l’électroménager froid, comme les réfrigérateurs, il est nécessaire de les broyer de façon confinée car ils sont chargés en gaz à effet de serre », ajoute Véronique Poirier. Ce procédé, qui comprend aussi le traitement des piles, des batteries et combustibles, est appelé dépollution.

« Certains sites démantèlent à la main pour optimiser le traitement des matières premières », explique Françoise Berthoud, fondatrice d’EcoInfo, structure officielle du CNRS. A la fin du cycle ce sont donc près de 80 % de l’appareil de départ qui sont réutilisables, d’après Eco-systèmes. Malgré ces chiffres flatteurs, « la valorisation des matières doit encore être améliorée. Peu de grandes usines sont capables de faire de la récupération propre des métaux », regrette la chercheuse.

La montée en force de la récup'

Recycler c’est bien, mais certains appareils peuvent aussi avoir une seconde vie. Pour Françoise Berthoud, « la récupération de pièces détachées et la réparation des appareils sont des enjeux prioritaires, c’est l’action la plus vertueuse. » Aujourd’hui des structures comme Emmaüs et Envie sont partenaires des éco-organismes en charge du recyclage. « Dès l’étape du dépôt en déchetterie ou en magasin, les appareils sont triés pour récupérer tout ce qui fonctionne encore », ajoute Véronique Poirier. En 2017, 374.709 appareils étaient ainsi réemployés par les réseaux solidaires, d’après Eco-systèmes.

Deux issues propres et vertueuses pour des équipements électroménagers dont on n’a plus l’utilité, mais encore limitées dans les faits. Seulement 52 % étaient récupérés en 2017, un chiffre qui ne demande qu’à augmenter. Aux consommateurs de jouer.