Mais pourquoi les 24 Heures du Mans durent-elles 24 heures ?

AUTOMOBILE Avouez que vous mourez d’envie de connaître la réponse…

Alexis Moreau

— 

La Toyota de Sebastien Buemi, Anthony Davidson et Kazuki Nakajima sur le circuit du Mans en 2016
La Toyota de Sebastien Buemi, Anthony Davidson et Kazuki Nakajima sur le circuit du Mans en 2016 — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Il se passe quoi quand tu es mort? Pourquoi le vent est invisible? Est-ce que les poissons ont froid dans l’océan? Pourquoi les 24 heures du Mans durent-elles toute une journée? Ces questions, vous vous les êtes sûrement déjà posées, sinon, ce sont vos enfants qui s’en chargeront. Quoi qu’il en soit, sachez que nous sommes (presque) en mesure de vous répondre.

Créée en 1923, la course d’endurance sarthoise n’est pas la première du genre. Une épreuve de 24 heures existait déjà depuis 1905 à Colombus aux Etats unis. En France, le Bol d’or, réservé uniquement aux motos, avait été créé en 1922. Pour Gérard Holtz, ancien commentateur de la course et co-auteur, avec son fils Julien, des 100 histoires de légende du sport auto «c’était une idée dans l’air du temps.»

Une course éprouvante plus les heures passent. / Ray Tang / Rex Features/REX/SIPA
Une course éprouvante plus les heures passent. / Ray Tang / Rex Features/REX/SIPA

Pour ce qui est du concept original, il est assez simple: proposer une épreuve titanesque dans le but de prouver la fiabilité et la résistance des automobiles modernes. Réussir à rouler 24 heures d’affilée avec la même voiture prouverait, de manière irréfutable, sa résistance et devrait ainsi inciter les Français à s’en procurer une. Même la date de l’épreuve sera pensée en fonction de ce critère. Le mois de juin permettant à la fois d’avoir une bonne luminosité, jusqu’à 21 heures voire 22 heures,  mais aussi d’éviter les épisodes de canicule qui mettraient (inutilement) les pilotes et les bolides en difficulté. Surtout, «ce format est tellement symbolique. C’est le tour d’horloge, c’est simple, c’est long, il a toutes les qualités», renchérit Gérard Holtz.

C’est donc logiquement que pour la première édition, les seuls véhicules autorisés à user leurs pneus sur l’asphalte manceau étaient de série ou «strictement conformes au catalogue commercial», selon les termes de Fabrice Bourrigaud, directeur du pôle Esprit Le Mans et en charge du patrimoine de la course.

Un point du règlement qui évoluera vite puisque «dès 1925 les constructeurs chercheront à faire évoluer les voitures en courses», afin de les rendre plus rapides et légères. «Les 24 Heures sont, certes, une compétition sportive mais aussi un laboratoire, une plateforme, destinée à créer et mettre en valeur des innovations technologiques», ajoute Fabrice Bourrigaud. Des innovations brevetées et validées à l’occasion de l’épreuve puis développées sur les voitures de monsieur et madame tout le monde.«On peut citer les freins à disque ou encore les feux antibrouillard mais la liste est faramineuse», détaille Gérard Holtz.

24 heures à jamais?

Réussir à faire tourner un engin motorisé pendant toute une journée ne représente plus, en 2017, le même exploit qu’en 1923. Augmenter la durée de l’épreuve serait-il envisageable? «C’est une question un peu surprenante, mais qui s'est déjà posée, s’amuse Fabrique Bourrigaud. Cependant cela n’aurait pas trop d’intérêt.

>>> Prenez de la vitesse et découvrez le reste de notre dossier «20 Minutes dans la roue des 24 heures du Mans»

Il faut penser au public sur place et aux téléspectateurs pour qui cela n’apporterait pas grand-chose, au contraire.» Voila pour la première réponse. Pour ce qui est du vent, des poissons ou de la mort, on vous laisse faire vos recherches de vôtre côté.

>>>Jeu: Gagnez un Pitwalk et un accès Tribune pour les 24 heures du Mans

  • Lequel de ces artistes va se produire en concert sur le circuit des 24h du Mans ?