Jusqu'où entend-on les voitures du Mans?

Vroum Les véhicules des 24 heures du Mans font du bruit sur le circuit mais le son résonne beaucoup plus loin...

Thierry Weber

— 

L'Alpine conduite entre autres par le français Nicolas Lapierre a terminé en tête du Mans cette année pour la catégorie LMP2. Mais jusqu'où ses vrombissements ont-ils été entendus?
L'Alpine conduite entre autres par le français Nicolas Lapierre a terminé en tête du Mans cette année pour la catégorie LMP2. Mais jusqu'où ses vrombissements ont-ils été entendus? — T. Weill/20 Minutes

NIIIIIIIIIIIiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiouuuu…. 350km/h non seulement c’est rapide, mais ça fait du bruit, beaucoup de bruit. Dans les tribunes les spectateurs munis d’un casque anti-bruit sont loin d’être rares, surtout parmi les enfants. Mais si le bruit des moteurs s’entend sans aucun doute dans les tribunes, nous nous sommes demandé jusqu’où le son portait.

>>> Prenez de la vitesse et découvrez le reste de notre dossier «20 Minutes dans la roue des 24 heures du Mans»

Les réponses des Manceaux restent floues. D’après Fabrice, «quand on habite dans les environs du circuit, des fois on peut entendre les voitures d’autre fois non». Voilà qui nous aide. Nous nous sommes alors tournés vers un spécialiste du son, le speaker des 24 Heures du Mans, Bruno Vandestick, lui aussi originaire de la préfecture sarthoise.

Une question de météo

«Quand j’étais gamin, j’habitais à 7 ou 8 kilomètres d’ici. Avec ma sœur quand on attendait que nos parents rentrent de la course, parfois on entendait les moteurs. Mais aujourd’hui ma sœur habite à un kilomètre d’ici et elle n’entend pas toujours les voitures», raconte la Voix du Mans. Les raisons de ce changement? Cette fois-ci tout le monde est d’accord. «Tout dépend de la météo», amorce Fabrice, avant que Bruno Vandestick ne précise que «le sens du vent ou la pluie joue beaucoup».


Au maximum, le speaker estime que les vrombissements des voitures peuvent se faire entendre jusqu’à 10 kilomètres. Mais une chose est sûre, où qu’il soit dans la ville ou aux alentours, tout Manceau a un jour entendu le «murmure des moteurs».