Les secrets du speaker des 24 Heures du Mans pour tenir son public éveillé

AU MICRO Nous avons rencontré le speaker qui commente toute la course des 24 Heures du Mans...

Thierry Weber

— 

Au micro sans interruption pendant une bonne partie des 24 Heures du Mans, Bruno Vandestick regorge d'astuces pour captiver son audience.
Au micro sans interruption pendant une bonne partie des 24 Heures du Mans, Bruno Vandestick regorge d'astuces pour captiver son audience. — T. Weill/20 Minutes

Regarder des voitures défiler à toute vitesse pendant 24 Heures, ça vous parait long ? Nous aussi. Heureusement, les spectateurs des 24 Heures du Mans ne sont pas livrés à eux-mêmes. Chaque année depuis 1993 ils sont emmenés au cœur de la course par la voix de Bruno Vandestick, speaker officiel sur le circuit sarthois. Celui que l’on surnomme «la Voix du Mans», nous a confié ses trucs et astuces pour garder les spectateurs réveillés lorsque le soleil se couche.

Tout est dans le rythme

En 24 heures, il y en a des choses qui peuvent se passer. Bruno Vandestick s’adapte à chaque situation. «Quand il y a une triste nouvelle, on décompose la phrase», indique-t-il avant de se prêter au jeu. «Et malheureusement, l’abandon de…». En ces quelques mots, il parvient à nous faire voyager. Ça y est, nous sommes en pleine course et l’un des pilotes a dû rentrer au stand.

Pourtant nous sommes toujours dans son studio, deux jours avant le départ de l'épreuve. La Voix reprend la parole. «Quand ça bataille en revanche, il faut prendre l’auditeur par la main, avec beaucoup plus de cadence.» Avec le sourire, il se souvient de sa toute première expérience de speaker en 1993. «Avant que je ne commence, les gens autour de moi se demandaient comment ça allait se passer. Une fois que je me suis mis à parler ils me disaient "Du calme, tu vas pas tenir!".»

Qui est qui

L’un des conseils qui ont le plus marqué Bruno Vandestick est aussi l’un des plus simples. «Donner le numéro de la voiture!» Eh oui!, pas si évident pour le spectateur de comprendre ce qui se passe devant ses yeux. «Le numéro aide le public à repérer. C’est super important.Comme ça, quand la voiture passe ils ont compris l'enjeu.» Dans les gradins, tout le monde peut voir qui est le tenant du titre, le challenger, ou dans quelle voiture roule Fabien Barthez. D’après Bruno Vandestick, «le but c’est que le spectateur s’approprie la course, sinon au bout d’un quart d’heures de voitures qui tournent en rond, il a décroché».

Afin de commenter la course, Bruno Vandestick peut s'appuyer sur les chronos des pilotes ou leurs palmarès.
Afin de commenter la course, Bruno Vandestick peut s'appuyer sur les chronos des pilotes ou leurs palmarès. - © T. Weill/20 Minutes

Varier les plaisirs

Une simple énumération des véhicules qui défilent n’a rien de bien passionnant. Alors pour mieux faire vivre la course aux spectateurs, il faut la vivre aussi soi-même. «Au micro, je suis absorbé par le scénario de la course, les évolutions, les écarts.» Pas de filet pour la Voix du Mans, il n'a aucun texte sur lequel se reposer, mais une préparation toute l’année. «Il faut bosser, comme ça pendant la course, on brode autour du pilote, son palmarès, il y a toujours quelque chose à dire.» Le monde de l'endurance, Bruno Vandestick le connaît sur le bout des cordes vocales.


Bien sûr il faut donner le classement, «on n’oublie pas l’essentiel», mais pas uniquement. «On fait un ping-pong avec l’intervieweur dans les stands avec des pilotes qui nous racontent leur course.» Mais à certains moments, les speakers doivent aussi savoir se taire, comme lorsque la safety car intervient et que la course est ralentie. Et puis il y a toujours les multiples tableaux d'affichage, qui permettent à la Voix du Mans de connaître les temps de chaque équipe, ou d'avoir accès à chacune des caméras filmant le circuit.

>>> Prenez de la vitesse et découvrez le reste de notre dossier «20 Minutes dans la roue des 24 heures du Mans»

Chaque année, Bruno Vandestick anime les tribunes depuis 7h le samedi de la course, jusqu’à 1h30 ou 2h du matin (c'est alors l'autre speaker, Marc Arnoldi qui prend la relève) avant de reprendre le micro dès le lendemain 7h. Et lui alors comment fait-il pour rester réveillé? «En regardant les personnes en face!» A chaque événement de la course sa réaction dans le public. Visiblement, les astuces du pro du micro fonctionnent.