La Duchère veut échapper à l'insécurité

Caroline Girardon

— 

Un contrôle d'identité mercredi après-midi sur le plateau de la Duchère (9e).
Un contrôle d'identité mercredi après-midi sur le plateau de la Duchère (9e). — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Au pied de la barre des 100, à l'entrée de l'une des cages d'escalier de l'immeuble, un guetteur, casquette vissée sur le crâne, les mains dans les poches, salue les rares passants. Ici dans le quartier du Château, le trafic de drogue est plus important que dans le reste de la Duchère (9e). Et on se moque de savoir qu'elle est désormais classée en zone de sécurité prioritaire. La personne étrangère au quartier n'est pas la bienvenue, et le jeune homme, les yeux dans le vague nous invite à filer rapidement, avant de siffler et d'alerter ses camarades cachés au sous-sol.
Quelques centaines de mètres plus loin, alors qu'une voiture de police, gyrophare allumé, poursuit dans les rues du Plateau une moto ayant refusé de s'arrêter lors d'un contrôle, Marie* regagne son domicile.

Les choses changent
La vieille dame habite le quartier de Balmont depuis une quarantaine d'années et se félicite des nouvelles mesures de sécurité annoncées. « Je n'ai jamais eu de problèmes ici mais dans les grands ensembles, on ne sait jamais trop ce qui se passe. Je sais qu'il y a de la drogue. On voit souvent la police, on en entend parler. Parfois quand je me promène, je vois des gens s'échanger discrètement des billets ou des petits sacs. Mais il n'y a pas que la Duchère. Ailleurs, c'est la même chose ». Yasmine réside près du Plateau depuis une année seulement. « Je pense que ces mesures pourront “nettoyer” le quartier. Cette délinquance donne une mauvaise image à l'extérieur. C'est bien dommage car la réalité est différente », estime-t-elle. Maxime, commerçant, abonde dans le même sens. « Quand je dis à mes amis que je travaille à la Duchère, ils réagissent comme si c'était Chicago. Il y a encore quelques problèmes mais cela n'a plus rien à voir avec ce qui se passait dans les années 90. Depuis que la plupart des barres ont été détruites et qu'on a introduit une mixité sociale, beaucoup de choses ont changé. »
* Prénoms d'emprunt.