« Ces gens subissent les mêmes méthodes que sous Sarkozy »

— 

« Quand le ministre dit qu'il cherche des solutions, il sait qu'il n'y en a pas. Quand la préfecture expulse elle sait qu'il n'y a pas de places aux 115. » Comme Henri, membre du collectif Rrom, les bénévoles lyonnais ne cachent pas leur colère et leur déception à Lyon après les huit expulsions menées dans le Grand Lyon depuis début juillet. En deux mois, plus de 700 Roms ont dû, selon le collectif, renoncer à leur stabilité précaire pour retourner à la rue. « Lorsqu'il était candidat, le président François Hollande avait fait des promesses. C'est inacceptable de ne pas les tenir. Le gouvernement aurait pu faire un moratoire sur les expulsions (lire ci-contre) le temps de trouver des solutions de relogement. Mais au lieu de ça, ces gens subissent les mêmes méthodes que sous Sarkozy », tempête Gilberte Renard, qui espérait le « changement » annoncé. Actuellement, environ 300 personnes se retrouvent chaque nuit sans hébergement selon les associations faute de places au 115.E.R