Les associations négocient plus de temps pour les sans-papiers

©2006 20 minutes

— 

Les associations de défense des demandeurs d'asile restent sur leurs gardes. Après la Journée d'action nationale contre les expulsions d'élèves sans papiers de samedi, plusieurs associations – dont Réseau éducation sans frontières (RESF), la Cimade et la Ligue des droits de l'homme – demandent à être reçues aujourd'hui en préfecture du Rhône. « Il existe des dysfonctionnements dans l'application de la circulaire de Nicolas Sarkozy », constate Catherine Tourier, du RESF. Cette publication invite les préfets à réexaminer jusqu'au 14 août les situations des familles d'enfants scolarisés déposant une nouvelle demande de régularisation. Selon les associations, dans le Rhône cinq cents familles pourraient entrer dans les critères. « La préfecture n'en reçoit que vingt-cinq par jour, souligne Catherine Tourier. C'est pourquoi nous souhaitons que le délai de dépôt des dossiers soit étendu jusqu'à fin septembre. »

Cloé Makrides