Débat pour une autre feuille de route

©2006 20 minutes

— 

Plus de transports en commun, des taxes pour les camions et surtout pas d'élargissement de l'autoroute A 7. Le débat public sur l'avenir des transports dans la vallée du Rhône à l'horizon 2020, lancé début avril, fait une nouvelle étape ce soir à Lyon. Les participants y militent majoritairement pour un développement durable de la mobilité. « Il y a un véritable consensus sur le principe d'une utilisation de solutions alternatives. Comment mieux utiliser le train ou le fleuve pour transporter marchandises et voyageurs autrement que par route », constate Philippe Marzolf, président de la commission particulière du débat public, qui dressera ce soir un bilan à mi-parcours.

Parmi les 45 propositions de l'Etat soumises au débat pour limiter l'asphyxie de la vallée, l'élargissement de l'autoroute A 7 a aussi rencontré une hostilité unanime des élus et des associations. Le public a toutefois émis des solutions alternatives pour fluidifier le trafic sur l'axe nord-sud engorgé. Certains ont suggéré un covoiturage autoroutier avec des points de rendez-vous sur les principaux échangeurs.

L'idée d'une limitation de la vitesse à 110 km/h, de l'interdiction de doubler pour les camions, et d'une forte taxe sur les poids-lourds ont aussi été avancées. « L'objectif est d'aider l'Etat à trouver des solutions acceptables », rappelle Philippe Marzolf, qui doit remettre les conclusions de ce débat public, qui s'achève fin juillet, en septembre.

Frédéric Crouzet

Le débat public sur la politique des transports dans la vallée du Rhône a lieu ce soir à Lyon, de 18 h à 21 h, à l'auditorium Pasteur du Palais des Congrès de la Cité Internationale (6e).