Yvan Bachaud, justicier monomaniaque

©2006 20 minutes

— 

Comme tout justicier, il vit à l'écart de la ville. Une maison perdue dans un hameau du sud lyonnais signalée par une pancarte : Yvan Bachaud, « candidat des citoyens » à la présidentielle de 2007. A 67 ans, ce dentiste à la retraite, et super-héraut du référendum d'initiative citoyenne (RIP), engage une nouvelle fois son quintal athlétique dans une élection « pour que des citoyens puissent proposer au peuple d'abroger ou de créer une loi ». Depuis treize ans qu'il se présente à chaque scrutin local ou national, l'argumentaire est ciselé. « D'après les sondages, 82 % des Français sont pour. Tous les partis l'ont promis. Avec le RIP, on peut réformer sans descendre dans la rue. C'est la paix sociale garantie. » Implacable. Sauf qu'aucun élu n'a engagé la réforme. « Ils ne veulent pas être dépossédés de leur pouvoir », analyse ce politique et juriste amateur. Et les scores du candidat Bachaud se regardent à loupe : 0,17 % (81 voix) aux législatives de 2002. Pas de quoi décourager ce « gaulliste de gauche » doté d'une ténacité inoxydable. Il manifeste devant les permanences des députés, se met en grève de la faim. Fait du porte-à-porte dans des lotissements périurbains avec des « copains retraités ». « Aucun jeune ne mène ce combat. Alors les pépés se rebiffent », s'amuse-t-il. Il passe ses journées à réagir sur des forums, inonder de courriers politiques et médias. Les élus qui ne le suivent pas dans son combat finissent dans la rubrique « voleurs de la République » de son site Internet. Il assigne parfois en justice ceux qui n'ont pas la même soif de démocratie participative. « Je suis monomaniaque », admet-il.

Tout remonte à 1975. Yvan Bachaud est exclu de compétitions officielles de bridge pendant cinq ans après avoir contesté les dirigeants de la fédération. Le jeune dentiste s'inscrit en droit pour suivre le procès qu'il leur intente. Découvre le maniement du code pénal et les votations populaires de la Constitution suisse. « La justice est un de mes dadas », dit-il en s'énervant contre son ordinateur portable. Le haut débit n'est pas arrivé au hameau présidentiable. Yvan Bachaud songe déjà à attaquer son fournisseur d'accès internet.

Frédéric Crouzet

Yvan Bachaud s'apprête à réaliser seul un sondage téléphonique auprès d'une centaine de maires de petite commune pour savoir s'ils seraient prêts à lui accorder leur signature. Internet, rien que l'Internet pour ce candidat sans moyens. Ses bulletins de vote seront à imprimer depuis son site yvanbachaud2007 .info/ Une proposition de loi instituant le référendum d'initiative citoyenne avait été déposée par le gouvernement Bérégovoy (PS). Elle n'a jamais été votée.