« S'il peut en régulariser 100, pourquoi pas les 700 autres ? »

— 

En septembre, après une série d'expulsions de squats, le préfet, tenu aujourd'hui à la réserve le temps des élections, avait refusé de recevoir les associations. « Si elles veulent faire de la politique, qu'elles ne comptent pas sur moi. Mais si elles veulent faire de l'insertion, je veux bien les écouter ». Et il a tenu parole. Dès décembre, Forum réfugiés était missionné dans la plus grande discrétion pour mener un projet expérimental d'insertion en faveur des 100 Roms récemment régularisés. « Cela va au-delà de la scolarisation ou des prestations familiales. L'aide à l'intégration passe aussi par la santé, l'apprentissage du français, de la citoyenneté, l'emploi », explique l'association. Une chance pour ces familles, vécue comme une injustice par les autres Roms. « Ils se demandent pourquoi eux, on ne les aide pas, indique Gilberte, bénévole de l'association Classes. Tant mieux pour ces familles. Mais si le préfet peut régulariser 100 personnes pourquoi pas les 700 autres ? ».E.F.