Les commissariats bondés pour les procurations

Elisa Frisullo

— 

Au commissariat du 1er, les demandes de procuration affluent.
Au commissariat du 1er, les demandes de procuration affluent. — c. villemain / 20 minutes

Depuis quelques jours, le sas d'entrée du commissariat du 1er et 4e place Louis-Pradel ne désemplit pas. « Nous accueillons 250 personnes par jour en ce moment », confiait lundi le commandant Thierry Nolot. Parmi eux, Maïté, une Lyonnaise de 28 ans, a profité de sa pause déjeuner pour venir établir sa procuration.

Plus de demandes qu'en 2007
« Je ne serai pas là dimanche pour le premier tour de la présidentielle. Mais je n'imaginais pas ne pas accomplir mon devoir de citoyenne », souligne la jeune femme, qui comme des milliers de rhodaniens a attendu les derniers jours pour effectuer sa procuration. Début avril en effet, la sécurité publique du Rhône n'avait enregistré que 10 000 demandes, soit deux fois moins qu'en 2007 à la même période. Une tendance à la baisse qui s'est totalement inversée la semaine passée. « Il y a eu une réaction citoyenne. Au 13 avril au soir, nous avions traité 20 522 demandes. Nous avons depuis dépassé les chiffres de 2007 », précise le commandant Serge Crastes, de la police du Rhône. Et les demandes devraient continuer d'affluer toute la semaine dans les commissariats, où 600 officiers sont mobilisés jusqu'à samedi 18 h. « Jusqu'à la veille du scrutin, les procurations sont acceptées, c'est la loi. Mais au-delà de jeudi, il y a peu de chance qu'elles soient prises en compte », rappelle le commandant. Car pour être validées, les demandes doivent être envoyées par courrier aux mairies, dépouillées puis notifiées sur les listes électorales.

pratique

Pour donner procuration, il vous suffit de vous rendre au commissariat, à la gendarmerie ou au tribunal d'instance de votre commune, avec une pièce d'identité.