La part des logements sociaux diminuée de moitiéMermoz Nord sort de l'ombre

Elisa Frisullo

— 

D'ici à 2013, 160 logements auront été construits ou réhabilités.
D'ici à 2013, 160 logements auront été construits ou réhabilités. — C. Villemain / 20 minutes

Le secret d'une mixité réussie, selon les spécialistes, c'est un juste équilibre entre les logements sociaux et privés. Aussi, Grand Lyon Habitat, l'office public rattaché à la communauté urbaine, a-t-il décidé de réduire de presque de moitié le nombre de HLM à Mermoz Nord, où 100 % des habitations étaient en logement social. Sur les 560 appartements prévus (contre 500 auparavant), 48 % seront en location privée ou en accession à la propriété. Le parc social ne représentera plus que 52 % des logements. « Deux cents ménages qui vivaient ici dans le social seront relogés dans d'autres quartiers de la ville », précise François Perreton. D'ici au printemps 2013, 160 appartements auront été construits ou réhabilités. Les quatre cents restants seront progressivement livrés à l'horizon 2015. Et pour parachever cette métamorphose, les grands magasins Casino et les Galeries Lafayette, toutes proches, ont également prévu de se refaire une beauté dans les prochaines années.E. F.Les engins de chantier étaient omniprésents jeudi et devraient occuper le terrain plusieurs années encore. Mais déjà, Mermoz Nord, ce quartier du 8e en pleine rénovation urbaine, a commencé à changer de physionomie. « Je vis ici depuis trente ans, je m'étais habitué. Mais je reconnais que depuis que l'autopont a sauté, le quartier respire mieux », explique Michel, 68 ans. La suppression dès l'été 2010 du viaduc de l'avenue Jean-Mermoz, qui faisait déboucher l'A43 au pied des immeubles et coupait le quartier en deux, a en effet contribué à redonner vie au secteur. Depuis quelques mois, la grosse artère a été réaménagée en un boulevard urbain plus apaisé, avec espaces verts et pistes cyclables. Et dans le quartier lui-même, cerné par l'avenue Mermoz et le boulevard Pinel, les ouvriers sont à pied d'œuvre pour démolir, reconstruire et réhabiliter les barres vétustes des années soixante. Un chantier de rénovation mené par le bailleur social Grand Lyon Habitat, qui présentait jeudi l'avancée des travaux. « L'objectif était clairement de désenclaver Mermoz Nord et de favoriser la mixité sociale, indique François Perreton, chargé d'opération à l'office public. Cela passe par du bâti plus moderne, des immeubles plus petits, de nouvelles voiries et de nouveaux habitants ».

Un lieu plus attractif
Plusieurs bâtiments seront livrés l'an prochain. Mais il faudra attendre 2015 pour voir la quasi-totalité des immeubles, le petit parc central, le mail piétonnier et la galerie commerçante achevée. « C'est sûr que ça va être encore long et que c'est un peu vide aujourd'hui. Mais ça fait moins ghetto », lâche Annick, qui vit depuis 1964 à Mermoz Sud, mais ne traversait que rarement l'avenue pour gagner le côté nord. C'était trop dangereux avec les voitures. Mais maintenant, c'est joli, plus aéré. Peut-être que ça va donner une meilleure image du coin et inciter des gens à s'installer », espère la retraitée. Si à la vue des grues et des bâtiments vides, certains doutent encore de la future attractivité des lieux, d'autres ont déjà accepté de relever le défi. A l'image de Paul Bocuse qui a prévu d'ouvrir à Mermoz Nord une nouvelle brasserie.

une opération aux multiples partenaires

Ce vaste chantier de rénovation, évalué à 57 millions d'euros, est financé par l'Etat à travers l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), le Grand Lyon, la Ville de Lyon et le conseil régional. L'office public doit contribuer à hauteur de 21 millions d'euros à ces travaux de démolition, désamiantage, reconstruction et rénovation.