David Metaxas conserve la robe

Elisa Frisullo

— 

Me David Metaxas conserve le droit d'exercer.
Me David Metaxas conserve le droit d'exercer. — C. Villemain / 20 minutes

Très critiqué par certains de ses confrères lyonnais, le jeune avocat David Metaxas a finalement été épargné par ses pairs. Pour un temps du moins. Le conseil de l'ordre du barreau de Lyon a décidé mardi de ne pas suspendre le pénaliste de 35 ans, célèbre défenseur des voyous du milieu, mis en examen pour « recel de violation du secret professionnel » dans le cadre de l'affaire Neyret. Les 20 membres de l'ordre ont donc rejeté la demande d'interdiction d'exercer formulée par le juge d'instruction parisien Patrick Gachon. Une requête appuyée par le parquet général de Lyon qui, le 5 avril, avait réclamé une suspension de quatre mois renouvelable.
« La suspension provisoire d'un avocat est une mesure particulièrement grave et doit être justifiée par l'urgence ou la protection du public. Aucun de ces critères n'est caractérisé », a expliqué mardi le conseil de l'ordre.

Enquête déontologique
Un point de vue évidemment partagé par l'avocat de David Metaxas, qui s'est félicité que « le droit soit respecté ». « Vu l'inconsistance du dossier, il ne pouvait en être autrement », a indiqué mardi Alain Jakubowicz, soucieux que cette décision permette à chacun de « retrouver la sérénité ». Mais le pénaliste lyonnais n'en a sans doute pas fini avec ses pairs. Le parquet de Lyon a en effet un mois pour faire appel de la décision du conseil de l'ordre. Et suite à l'examen des pièces transmises par le juge parisien, le bâtonnier du barreau de Lyon Philippe Meysonnier a décidé « d'ouvrir une enquête déontologique, afin de déterminer si des fautes disciplinaires ont été commises par l'avocat ».