Le département de l'Ain veut bichonner ses touristes

©2006 20 minutes

— 

Le département de l'Ain souhaite reconquérir ses touristes à tout prix. A la demande du conseil général, l'institut de sondage Ipsos doit, dès la semaine prochaine, mener une enquête d'opinion afin d'évaluer l'impact de la grippe aviaire, apparue pour la première fois le 17 février à Joyeux, sur l'image et l'économie du département. Composé d'une dizaine de questions, le sondage sera réalisé en France et dans quelques pays européens limitrophes comme la Suisse et la Belgique. Les résultats, qui devraient être rendus publics la deuxième quinzaine de juin, permettront d'établir une campagne de promotion plus ciblée, notamment vers la clientèle étrangère. « Aujourd'hui, le virus H5N1 n'a pas eu de répercussions notables sur les réservations », affirme Stéphane Devrieux, directeur du Comité départemental du tourisme (CDT) de l'Ain. Avant d'ajouter que d'éventuelles conséquences pourraient se faire ressentir en pleine saison, les touristes étrangers étant plus nombreux à visiter le département à cette époque. Par ailleurs, dans la Dombes, secteur où le confinement des volailles est encore en vigueur pour huit communes, une récente étude de conjoncture du CDT indique que près de 60 % des campings (principal mode d'hébergement touristique dans l'Ain) ont subi « un impact réel » de la crise sur leur activité. Sans pouvoir encore le chiffrer.

Carole Bianchi

Environ 5 000 personnes ont visité durant le week-end de l'Ascension le Parc des oiseaux de Villars-les-Dombes, premier site touristique payant de l'Ain, qui a rouvert ses portes avec trois mois de retard. « C'est très positif. Cela prouve qu'il n'y a aucune psychose », s'est réjoui Emmanuel Visentin, le directeur du site.