des sans-abri prêts à se retourner contre l'Etat

Caroline Girardon

— 

Une fois que les gymnases seront fermés, les sans-abri auront la possibilité de saisir le tribunal administratif.
Une fois que les gymnases seront fermés, les sans-abri auront la possibilité de saisir le tribunal administratif. — C. VILLEMAIN / 20 minutes

C'est un avertissement ferme. Les professionnels de l'urgence sociale du Rhône ont sommé hier l'Etat de s'engager publiquement et de faire en sorte qu'aucune personne ne soit remise à la rue dans quelques semaines, lorsque le plan froid prendra fin, sous peine d'intenter des recours en justice. «La décision du conseil du 10 février va dans ce sens, stipule Baptiste Meneghien, leur porte-parole. En déclarant que toute personne sans-abri en situation de détresse médicale, psychique doit avoir accès à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence, il reconnaît l'hébergement comme une liberté fondamentale ». Un arrêt qui tombe à point nommé, selon l'avocate Marie-Noëlle Fréry. « C'est une avancée notable. Les juges des tribunaux administratifs sont généralement très respectueux des décisions du Conseil d'Etat. Pendant des mois, les choses n'avaient pas bougé. Même lorsque l'Etat était condamné, il y avait rarement d'exécution. Mais vendredi, deux familles que je représentais pour une demande d'asile, ont obtenu une solution d'hébergement, c'est très encourageant. »

L'angoisse de dormir dehors
« On ne peut pas remettre les gens à la rue comme ça, déplore Baptiste Meneghien. Ils savent comment fonctionne le 115 et redoutent de dormir à nouveau dehors. C'est très angoissant pour eux. Aujourd'hui nous souhaitons les informer sur cette possibilité qu'ils ont de saisir la justice car beaucoup n'osent pas franchir le pas. » Selon nos informations cinq familles seraient prêtes à saisir le tribunal administratif. La Préfecture n'était pas joignable hier.