Bruno Gollnisch exclu par sa hiérarchie

©2006 20 minutes

— 

Bruno Gollnisch n'enseignera plus de sitôt à Lyon-III. Hier, le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) a condamné à cinq ans d'exclusion de l'université le leader frontiste pour ses propos controversés sur les chambres à gaz. Dans un premier temps, le Cneser, basé à Paris, avait toutefois cassé « pour absence de motivation » cette sanction prise en mars 2005 par la section disciplinaire de Lyon-III à l'encontre du professeur de japonais juridique. « Le Cneser a décidé dans un deuxième temps que les propos ambigus que Bruno Gollnisch avait tenus en 2004 étaient de nature à mettre en cause l'existence des chambres à gaz », s'est réjoui le représentant de l'Unef au CA de Lyon-III, Romain l'Huillier, présent à l'audience. Le numéro 2 du FN, qui a déploré hier « la terrible régression de la liberté d'expression en France », envisage de se pourvoir devant le Conseil d'Etat. Il doit par ailleurs comparaître ce matin devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « contestation de crimes contre l'humanité ». Mais le procès devrait une nouvelle fois être reporté.

E. F. et C. B.