« Aucune solution concrète »

Elisa Frisullo

— 

Les usagers des lignes Lyon-Ambérieu et Lyon-Grenoble vont devoir patienter avant de voir des améliorations.
Les usagers des lignes Lyon-Ambérieu et Lyon-Grenoble vont devoir patienter avant de voir des améliorations. — C. VILLEMAIn / 20 minutes

«Les problèmes que nous rencontrons depuis 5 ans, nous allons les subir pendant encore 10 ans ». Ce constat dressé par Patrice Belvègue, président de l'association dauphinoise des usagers de la ligne Lyon-Grenoble (Adut), de nombreux habitués de l'axe risquent de le partager le 17 février. Ce jour-là, la SNCF a prévu de présenter aux associations d'usagers les conclusions de l'audit sur les deux lignes « malades » Lyon-Grenoble et Lyon-Ambérieu. Des axes où les dysfonctionnements (retards, pannes) sont presque quotidiens. L'audit, auquel 20 minutes a eu accès, confirme que ces difficultés sont liées à l'usure du réseau et des infrastructures (gares, voies) « peu performantes » ou « plus adaptées aux besoins de trafic ». Et se borne à rappeler la saturation de la gare de la Part-Dieu, du nœud ferroviaire lyonnais et de la ligne Lyon-Grenoble.

Des élus déçus par l'audit
«Mais cet audit ne dit rien de plus que ce que nous savons déjà depuis 5 ans. Ce diagnostic n'est pas bon », déplore Jean-Charles Kohlhass, conseiller régional Europe Ecologie Les Verts (EELV), président de la commission Transports. En décembre, la SNCF a présenté les conclusions de son audit devant cette commission, et s'est heurtée à la grogne de plusieurs élus « irrités ». « Aucune solution concrète n'est proposée, si ce n'est la diminution de l'offre de trains et leur remplacement par des cars, s'agace Olivier Longeon, conseiller régional EELVL. On ne peut pas abandonner les trains. C'est une question d'aménagement du territoire ». Du côté de l'association des usagers de la ligne Lyon-Ambérieu, l'audit risque aussi de faire des déçus. « On s'attendait à des mesures concrètes de travaux, note le président de l'Adula, Jean-Pierre Frencel. Cela fait un an qu'ils nous promettent du changement. Et au final, ils ne font que constater les dégâts. C'est aberrant ».

un audit sans doute présenté sans pépy

Prévue vendredi dernier en présence du directeur général de la SNCF Guillaume Pépy, la présentation de cet audit confié à SNCF Conseil après un hiver 2010/2011 calamiteux sur les rails, a été reportée au 17 février. Le directeur risque fort cette fois-ci de ne pas faire le déplacement jusqu'à Lyon.