de nouveaux projets se tissent autour de Lejaby

Caroline Girardon

— 

Alain Prost, repreneur de Lejaby.
Alain Prost, repreneur de Lejaby. — C. VILLEMAIN / 20 minutes

Peut-être une lueur d'espoir pour les ouvrières de Lejaby établies à Yssingeaux (Haute-Loire). Hier, Alain Prost repreneur de la marque de lingerie, qui n'a pas souhaité conserver l'usine auvergnate, a précisé que d'autres repreneurs pourraient être intéressés par l'atelier de fabrication. De son côté, Laurent Wauquiez, ministre de l'enseignement supérieur et maire du Puy-en-Velay a évoqué « cinq pistes sérieuses ».

Retrouver un équilibre financier
« Pour faciliter ce projet, je suis prêt à laisser à leur disposition les 200 machines à coudre pour un euro symbolique, explique Alain Prost. Nous avons même proposé d'envoyer du matériel plus performant qui est à Rillieux (Rhône) et dont nous ne nous servirons plus ». Ces perspectives ont toutefois laissé les salariés d'Yssingeaux de marbre. Depuis une semaine, les ouvrières viennent symboliquement travailler tous les jours même si les machines ne tournent plus. « Au lieu de garder l'outillage, il ferait mieux d'arrêter la délocalisation et conserver nos emplois, répond Raymond Vacheron », délégué CGT textile. « Je continuerai de faire mon possible pour trouver une solution, répond Alain Prost. Je me sens responsable et concerné vis-à-vis d'elles ».
Après avoir enregistré des pertes de 25 millions d'euros ces deux dernières années, le nouveau PDG de La Maison Lejaby ambitionne de revenir à l'équilibre financier d'ici à 2014 et insiste pour cela sur l'importance de développer une gamme luxueuse de sous-vêtements fabriquée à Rillieux, au siège de l'entreprise. « Si ça marche, on espère pourvoir recruter à nouveau ». « C'est un projet qui va dans le bon sens, déclare Jeanine Caillot, déléguée CGT. S'il permet de relancer la marque et de retrouver notre crédibilité, tant mieux. Même si c'est douloureux pour nous en ce moment, j'ai vraiment envie que l'entreprise continue à vivre »...Ça sera sans les copines d'Yssingeaux.