Dominique Perben : « Lyon a besoin d'une vision stratégique ambitieuse »

©2006 20 minutes

— 

Interview de Dominique Perben, ministre UMP des Transports, candidat à la mairie de Lyon

Vous lancez aujourd'hui une lettre adressée aux Lyonnais. Quel est l'objectif de cette démarche ?

En envoyant ce courrier à 260 000 exemplaires grâce à notre association Lyon Nouvel Horizon, mon souhait est d'adresser un message personnel à chacun des Lyonnais. Et pas seulement à ceux qui ont entendu parler de nous.

En quoi ce courrier est-il différent des opérations menées depuis un an par votre association ?

C'est une démarche qui vient prolonger ce que nous avons fait dans le cadre de la centaine de rencontres et séminaires organisés par Lyon Nouvel Horizon dans les quartiers. Aujourd'hui, je vais plus loin en proposant à tous ceux qui le souhaitent de participer activement à la construction du projet que nous allons élaborer jusqu'aux municipales de mars 2008. Dès début juin, j'irai dans les quartiers pour écouter et échanger avec les Lyonnais. Les premières réunions sont prévues à Monplaisir (8e), Guillotière (3e) et à la Croix-Rousse (4e).

On vous sent soucieux de rappeler vos attaches lyonnaises. Certains considèrent pourtant que vos fonctions nationales vous éloignent de Lyon.

Ce qui compte, c'est la volonté d'agir et de construire un projet. Mon origine lyonnaise, les 25 ans que j'ai passés dans cette ville, les liens familiaux et amicaux que j'ai ici sont importants pour comprendre ma démarche. Celui qui ne me connaît pas a besoin de savoir cela.

Votre engagement de faire de Lyon une capitale européenne est le credo du maire PS, Gérard Collomb. En quoi voulez-vous le faire évoluer ?

Lyon a besoin aujourd'hui d'une vision stratégique ambitieuse. Il faut retrouver une dynamique plus forte, comme on a pu la connaître à l'époque de Michel Noir et de Raymond Barre. On s'en rend compte sur toute une série de dossiers : il y a un discours mais pas d'action dans la politique municipale actuelle.

D'importants projets, comme les Berges ou le Confluent, ont évolué au cours de l'actuel mandat...

Ces projets d'aménagements urbains ont été décidés sous Noir et Barre. Le projet Confluences est en train de perdre de son contenu en termes d'ambitions. Concernant l'implantation à Lyon des Arts et métiers – que nous n'aurions jamais eu si je ne m'étais pas battu – ou le projet actuel d'implantation d'un centre d'étude et de protection nucléaire, on ne sent pas de volonté municipale.

Au sujet de l'OL, comment vous positionnez-vous sur l'emplacement du futur stade ?

Le choix appartient à l'OL et à son président, Jean-Michel Aulas, avec lequel j'ai eu l'occasion d'en parler. Mais il doit faire le choix de l'avenir, de l'ambition et de la durée pour assurer à ce club professionnel tous les moyens pour rester au top européen. De ce point de vue, le site de Pusignan a peut-être plus de potentiel.

Recueilli par Elisa Frisullo