Un centre dentaire casse les prix

Elisa Frisullo

— 

Le centre Tête d'Or assure des prix deux fois moins chers qu'en cabinet pour l'implantologie.
Le centre Tête d'Or assure des prix deux fois moins chers qu'en cabinet pour l'implantologie. — DR

Des tarifs divisés par deux. Et une organisation des soins étudiée pour gagner en efficacité. Voilà sur quoi repose Dentexia, nouveau centre de soins dentaires qui vient d'ouvrir dans le 6e. Il y a quatre ans, les porteurs de ce projet avaient créé un établissement à Vaulx-en-Velin pour des patients précaires, bénéficiaires de la couverture maladie universelle. Ces derniers pourront encore être soignés au centre Tête d'Or, où Dentexia mise toutefois sur une activité plus rentable : l'implantologie. Chez les dentistes libéraux, la pose de ces racines artificielles ancrées dans l'os de la mâchoire pour remplacer une dent, frôle, prothèse comprise, les 2 000 €. Des frais non pris en charge par la plupart des mutuelles.

Les dentistes sceptiques
« Chez nous, la facture ne dépasse pas les 970 € », assure Dominique Goedert, responsable du développement chez Dentexia. Des prix imbattables qui, chez certains professionnels, font déjà grincer des dents. « Le low-cost est à la mode. Mais là, il s'agit de santé publique, confie le président du syndicat des chirurgiens dentistes du Rhône, Philippe Balagna. A force de tirer les prix, je doute de la qualité des travaux qui seront réalisés. » « Nos centres ont une activité importante. Cela nous permet de négocier de bons prix auprès des prothésistes, rétorque Dominique Goedert, qui mise aussi sur une meilleure organisation des soins pour gagner en efficacité. Nos dentistes, salariés, sont déchargés des tâches administratives pour se consacrer totalement à leur art dentaire. » Une course à l'acte qui laisse sceptique l'ordre des dentistes du Rhône. « Rendre l'implantologie accessible au plus grand nombre est une bonne chose, si cela ne se fait pas au détriment des patients. Or, pour être rentable, ce centre va devoir produire beaucoup », explique son président Alain Chantereau, qui sera « attentif » à l'avenir à la qualité des actes réalisés dans le 6e.
Début mars, Dentexia doit ouvrir un autre centre au sein de la clinique privée Natécia.