Les violences scolaires finissent de plus en plus souvent au tribunal

©2006 20 minutes

— 

Les établissements scolaires n'ont pas échappé à la judiciarisation des conflits observée ces dernières années. C'est ce qui ressort de l'état des lieux dressé en 2005 dans les écoles, collèges et lycées publics du département et présenté hier par l'association Autonome solidarité du Rhône.

Forte de 17 000 adhérents, cette association chargée de venir en aide aux enseignants en litige avec les parents a constaté depuis l'an 2000 une augmentation de 40 % des agressions morales ou physiques. « En 2005, nous sommes intervenus dans 272 affaires de ce type, 72 ont abouti à une plainte », explique Bernard Chazet, de l'association du Rhône. Dans un cas sur quatre, ces plaintes ont été déposées par les familles contre les enseignants.

Une montée en puissance des conflits qui ne s'explique pas seulement par une augmentation de la violence mais plus globalement par l'évolution de la société. « Il y a 40 ans, il y avait des litiges entre parents et enseignants mais cela ne remontait pas. Aujourd'hui, on porte plainte systématiquement », note l'ex-enseignant, chargé d'intervenir dans les conflits avant qu'ils ne prennent une tournure juridique. Pour y parvenir, l'association prône une meilleure formation des enseignants à la communication. « Les litiges découlent souvent d'une méconnaissance du système scolaire. L'école doit être mieux expliquée aux familles», conclut Bernard Chazet.

Elisa Frisull