A Lyon et Beaujeu, le beaujolais coulera à flot

— 

La petite bourgade de Beaujeu, berceau historique du Beaujolais, devrait perdre sa tranquillité habituelle, ce soir à la nuit tombée. Là-bas, on ne manquerait la fête des Sarmentelles pour rien au monde. En attendant la percée du vin nouveau prévue à minuit, les habitants défileront dans les rues du village, poussant des brouettes à l'intérieur desquelles brûleront les sarments, rameaux de vigne. Une joyeuse manifestation pour rendre hommage au dur labeur des vignerons.

400 litres bus en une demi-heure
« Le beaujolais n'est pas un vin industriel, il ne faut pas oublier les hommes qui l'élaborent, rappelle Daniel Bulliat, fondateur de l'événement. Derrière, il y a un vrai travail d'artisan, malgré l'image controversée qu'on peut en avoir. » Paré aux couleurs de la fête, le village verra sa population décupler, s'apprêtant à accueillir 20 000 visiteurs. Afin d'acheminer le plus d'amateurs, l'office du tourisme a d'ailleurs mis en place des navettes, au départ de Lyon. A quelques centaines de mètres des bus, quai Tilsitt, les jeunes agriculteurs du Rhône déchargeront les tonneaux de vin arrivés en bateau par la Saône qu'ils feront rouler jusqu'à la place Antonin Poncet, dès 23 h. Afin de faire patienter le public, une fanfare se chargera de faire danser la foule. L'an dernier, passés les douze coups de minuit, 400 litres de vin ont été ingurgités en à peine une demi-heure.C. G.