Lyon veut désengorger ses prisons

©2006 20 minutes

— 

Vers la fin de la surpopulation dans les prisons de Lyon ? Hier, Patrick Mounaud, le directeur régional des services pénitentiaires, s'est montré plutôt optimiste sur le sujet. « Il n'y a pas eu de croissance du nombre moyen de détenus en 2005. La construction de nouvelles prisons et l'accent mis sur l'aménagement des peines va contribuer dans les prochaines années à réduire la suroccupation. »

Prévue pour accueillir 690 personnes en attente de jugement, dont 60 femmes, la future maison d'arrêt de Corbas va notamment permettre la fermeture des prisons de Perrache (Lyon 2e) en 2009. Vétustes et surpeuplées, elles accueillent actuellement 800 prévenus et condamnés pour 350 places. « La maison d'arrêt de Corbas sera pleine dès le départ mais pas saturée », prédit le directeur régional. De plus, les condamnés auront bientôt leurs quartiers dans les futurs « établissements pour peine » de Roanne (Loire) et Bourg-en-Bresse (Ain). La direction des services pénitentiaires mise également sur les aménagements de peine (bracelet électronique, semi-liberté...), dont le nombre de bénéficiaires a plus que doublé en cinq ans. « En 2006, 15 % des personnes condamnées à de la prison en Rhône-Alpes effectuent leur peine à l'extérieur de la région contre 7 % au niveau national », souligne néanmoins Patrick Mounaud. Peu utilisé à ses débuts, le centre de semi-liberté de Lyon accueille aujourd'hui 120 personnes pour 100 places disponibles.

Frédéric Crouzet

La nouvelle prison de Corbas sera équipée d'un bâtiment pour l'accueil des familles. Les cellules auront chacune leur sanitaire et leur douche, configuration unique dans les prisons de la région.