Fin de la trêve hivernale, début des ennuis pour les sans-abris

©2006 20 minutes

— 

« Il est inadmissible que sous prétexte que le plan froid est fini, des personnes soient mises à la rue par les pouvoirs publics. » Hier matin, une quinzaine de militants se sont réunies devant l'auberge de jeunesse de Vénissieux aux côtés de Bernard Huissoud, membre du réseau de soutien aux étrangers Résovigi, pour soutenir la cinquantaine personnes contraintes de quitter la structure en raison de la fin de la trêve hivernale. « Ces gens ne peuvent pas dormir dehors alors qu'il y a des places dans d'autres logements », s'est indigné Bernard Huissoud. Une inquiétude que le foyer Notre-Dame des sans-abris a tenté de lever en précisant que seules deux de ses onze structures fermaient à l'issue du plan froid. « Pour les 100 personnes concernées, nous étudions les dossiers au cas par cas pour trouver des solutions adaptées », a indiqué le foyer, qui ne peut accueillir que les demandeurs d'asile régularisés. Pour les autres déboutés, leur relogement dépend de la Ddass du Rhône.

E. F.