Les trains changeront d'heure en douceur

Elisa FRISULLO

— 

En Rhône-Alpes, 1300 TER et 250 TGV circulent chaque jour.
En Rhône-Alpes, 1300 TER et 250 TGV circulent chaque jour. — c. villemain / 20 minutes

Le bouleversement annoncé dès le 11 décembre au niveau national avec la mise en place de nouveaux horaires devrait avoir peu d'incidences dans les trains en Rhône-Alpes. Dans la région, la première à s'être lancée dès 2008 dans la circulation des trains à horaires réguliers (cadencés), les décalages seront modérés et les passages de trains « plutôt renforcés », selon la SNCF.

Statu quo pour Lyon-Grenoble
« L'enjeu est de faire évoluer les horaires en fonction des chantiers importants prévus sur les lignes, en conservant une qualité optimale », indique Josiane Beaud, directrice de la SNCF Rhône-Alpes. L'an prochain, pas moins de 100 chantiers de modernisation des voies doivent commencer dans la région pour un investissement évalué à 350 millions d'euros. Dans les TER, les plus gros décalages horaires sont prévus sur l'axe Lyon-Bourg, avec des variations comprises entre 5 et 14 minutes. Les usagers de l'axe Lyon-Saint-Etienne devraient y gagner, avec la mise en place de trois nouveaux allers-retours en trains bolides (sans arrêts) et une desserte renforcée entre Lyon et Givors. Entre Lyon et Grenoble en revanche, aucune amélioration notable n'est prévue. Cet axe, fréquenté par 230 trains chaque jour, saturé en permanence, « ne sera déchargé qu'une fois la ligne Lyon-Turin mise en service », précise Réseau ferré de France. Mais ce projet ne devrait pas voir le jour avant dix ou quinze ans. « Un audit est en cours pour trouver des solutions d'ici là », ajoute Josiane Beaud, soucieuse d'améliorer les conditions de circulation « pour l'hiver 2012-2013 ». En attendant les usagers, qui bénéficient d'un taux de ponctualité des trains de seulement 84 %, seront peu touchés par les changements d'horaires. Seuls les riverains de la Verpillière devraient être impactés, avec la suppression annoncée de plusieurs passages en soirée et le week-end. Des horaires auxquels selon la SNCF, les arrêts étaient peu fréquentés.