Des milliers d'heures de cours Perdues

Elisa Frisullo

— 

Depuis la rentrée, la FCPE du Rhône a été alertée d'une soixantaine de cas de non-remplacement.
Depuis la rentrée, la FCPE du Rhône a été alertée d'une soixantaine de cas de non-remplacement. — C. villemain / 20 minutes

Bonnet d'âne pour l'académie de Lyon. Cette dernière arrive en tête du palmarès établi par des parents d'élèves sur les secteurs scolaires où les problèmes de remplacement de professeurs se font le plus sentir depuis la rentrée. Selon ce classement, réalisé et rendu public lundi au niveau national par la FCPE, 780 demi-journées de cours ont ainsi été perdues depuis le mois de septembre dans l'Ain, la Loire et le Rhône.

« La situation a empiré »
En janvier dernier, dans ce département, de nombreux parents et enseignants s'étaient mobilisés pour réclamer des postes de remplaçants. « Mais cette année, la situation a empiré puisque dès la rentrée, il y a déjà des professeurs non remplacés. Alors que nous ne sommes pas en période de grippe ou d'une quelconque épidémie », indique Jacqueline Lédée, secrétaire générale de la FCPE du Rhône.
Sur sa base de données en ligne Ouyapacours, la fédération a été alertée d'une soixantaine de situations problématiques depuis la rentrée. « Et encore, tous les cas ne remontent pas jusqu'à nous », ajoute la secrétaire générale. La majorité des absences concerne le second degré et porte sur des cours de français. Depuis le 19 septembre, un prof du lycée René-Cassin de Tarare n'a toujours pas été remplacé dans cette matière, selon les parents. L'an passé, certains d'entre eux confrontés au même problème « avaient payé des cours particuliers à leurs enfants pour les préparer au mieux au bac de français », déplore la FCPE. Parmi les autres cas les plus marquants, un prof de biologie manque à l'appel depuis la rentrée au lycée Jean-Paul-Sartre de Bron. Et le collège Marie-Laurencin à Tarare attend depuis le 19 septembre l'arrivée d'un remplaçant en anglais.
Contacté hier, le rectorat n'a ni confirmé ni infirmé les chiffres publiés par la FCPE. « Nous n'avons pas les mêmes indicateurs, précise Bruno Brevet, chef de la division du personnel enseignant au rectorat de Lyon. Mais à ce jour, 630 des 650 professeurs absents dans le second degré ont été remplacés, soit près de 97 %. A la même période l'an passé, ce taux de remplacement était de 95 % ».